La Fête printanière de la calligraphie 2018 se poursuit jusqu’au 25 février. Photo : CVN
 
Comme chaque année à l’occasion du Nouvel An lunaire, pour honorer l’art de la calligraphie et répondre à cette belle tradition du Têt qui consiste à demander des idéogrammes en han (chinois classique) ou en nôm (écriture démotique pour la transposition phonétique du vietnamien), le Service de la culture et des sports de Hanoï, en partenariat avec le Centre des activités culturelles et scientifiques du Temple de la Littérature (Van Miêu - Quôc Tu Giam), organise la Fête printanière de la calligraphie.

«Van Miêu-Quôc Tu Giam, la première université du Vietnam, était un grand pôle éducatif qui a produit nombreux talents pour la nation. Aujourd’hui, le Temple de la Littérature est un lieu où sont stockés et préservés une multitude de patrimoines culturels matériels et immatériels précieux. Chaque fois que le printemps amorce son retour, des gens de toutes les localités du pays visitent le Temple de Littérature et demandent aux calligraphes des lettres significatives. C’est une belle tradition des Vietnamiens», a commenté Truong Minh Tiên, directeur adjoint du Service municipal de la culture et des sports, lors de la cérémonie d’ouverture. 

Demander une calligraphie à l’occasion du Nouvel An est un beau trait culturel des Vietnamiens. Photo : CVN
 
Soixante-trois calligraphes montrent leur savoir-faire

Cette année, 63 calligraphes de talent venant des clubs de calligraphie de Hanoï et des provinces voisines, ont pris leurs quartiers dans un pavillon en bambou. Ils ont été sélectionnés lors des concours spécialisés. Pas mal de jeunes calligraphes sont présents. Ils viennent d’horizons divers mais nourrissent en commun une vraie passion pour cet art.

À ce propos, lors de la cérémonie d’ouverture, le comité d’organisation a remis deux 1er prix, deux 2e prix, deux 3e prix aux meilleurs œuvres du concours de la calligraphie de la Fête printanière de  la  calligraphie 2018. Deux 1er prix ont été décernés à deux œuvres : Kiên hoc duc tài (Patience et persévérance dans l’apprentissage aidera à devenir talentueux) de la calligraphe Hoàng Anh Diêp, et Hiên tài du calligraphe Trân Van Son.

«Demander de jolis idéogrammes aux lettrés les jours du Nouvel An est important culturellement parlant. Cela témoigne du respect de l’instruction, de la connaissance des Vietnamiens. Ils y trouvent dans les caractères un support de méditation et un moyen de transmettre leurs sentiments et souhaits, qui se réaliseront si le caractère est placé à la bonne place dans la maison», a expliqué l’historien Lê Van Lan.

Selon le calligraphe Minh Thu, 72 ans, domicilié à My Duc (en banlieue de Hanoï), les caractères Binh An (Paix et Bonheur), Phuc (Bonheur), Lôc (Prospérité), Tho (Longévité), Duc (Vertu), Tri (Intelligence), Nhân (Patience) sont les préférés.    

Devant le pavillon du calligraphe Quôc Chi, Mme Phuong Thanh, 38 ans, domiciliée dans l’arrondissement de Hoàng Mai, a confié : «Pour cette Nouvelle Année qui s’annonce, je voudrais demander au calligraphe les idéogrammes Binh An pour toute ma famille». 

Présentation du village des estampes populaires de Kim Hoàng (à Hoài Duc, en banlieue de Hanoï). Photo : CVN

Une image gravée dans la tradition

Mais ce n’est pas tout, puisque d’autres activités attendent les visiteurs. Parmi elles, une exposition de 35 œuvres en hán, nôm et quôc ngu (vietnamien romanisé). Des démonstrations de calligraphie se tiendront également à l’amphithéâtre principal en plein air en vue d’aider le public à mieux comprendre ce noble art.

En outre, en se rendant à la Fête printanière de la calligraphie, les visiteurs pourront admirer des espaces où se déroulaient autrefois les examens des concours mandarinaux. Sont dressés également des stands représentant des villages de métiers traditionnels tels que celui des estampes populaires de Kim Hoàng, à l’est du district de Hoài Duc, à environ 15 km du centre-ville de Hanoï et qui bénéficie, depuis 2015, d’un vaste projet de réhabilitation, celui de la céramique de Bat Trang, à une quinzaine de kilomètres de Hanoï. Sans oublier non plus la présentation d’anciennes maisons de la région du delta du fleuve Rouge...

Chaque année, la Fête printanière de la calligraphie de Hanoï attire un public nombreux. Chacun espère repartir avec une belle calligraphie qui donnera un coup de pouce à son destin au cours de l’année qui débute dans un domaine qui lui tient particulièrement à cœur : amour, travail, études, santé, etc.

Cette fête se poursuit jusqu’au 25 février (soit le 10e jour du premier mois lunaire de l’Année du Chien). 

CPV/CVN/VNA