Le photojournaliste de guerre Minh Lôc, le 10 avril, à Hô Chi Minh-Ville.

Après quatre mois de préparation et trois aller-retour Hô Chi Minh-Ville - Hanoï pour trouver les documents originaux dans la salle d’archives de l’Agence Vietnamienne d’Information (VNA), le photojournaliste Minh Lôc de la VNA, retiré aujourd’hui, a finalement pu mettre sur pied cette expo. «Elle est découpée en six chapitres : Hanoï, Quang Ninh (Nord), Quang Binh (Centre), Tây Ninh, Lôc Ninh (Sud) et le 30 avril, avec 70 de mes clichés les plus connus sur le thème des atrocités de la guerre», a-t-il partagé.

Minh Lôc est né le 1er mars 1937 à Dông Tháp (Sud). Il a fait des études pendant deux ans à l’École nationale de musique de Hanoï avant de devenir photojournaliste à la VNA.

En 1960, il a participé au 1er cours de photographie du Vietnam. En 1962, il est allé à Quang Ninh pour faire des photos sur le secteur du charbon. Il a passé dix ans dans les mines de la localité, et son objectif a capté des instants vantant la valeur «travail» sous le prisme des mineurs. En témoignent des clichés comme Vàng Danh, Dèo Nai, Hà Tu, Coc Sáu, Thông Nhât, Mao Khê, etc.

Il a ensuite opéré à Dông Hà, dans la province Quang Tri (Centre). Témoin de la victoire de la «bataille aérienne de Diên Biên Phu», il a pris des photos de débris du B-52 abattu le 27 décembre 1972 dans le ciel de Hanoï. Début 1973, il est allé sur les champs de bataille du Sud où il a pris une grande quantité de photos dans lesquelles on voit des soldats se déplacer et acheminer du ravitaillement au front à pied ou à vélo.

En particulier, le 3 mai 1975, il a fait le portrait du dernier président sud-vietnamien Duong Van Minh. «C’était une photo célèbre à ce moment-là, très utilisée par la presse internationale après la chute du régime fantoche du Sud», a expliqué le photographe Minh Lôc.

CPV/CVN