Lê Thi Thu Thuy (droite), Dang Huong My (centre) et Nguyên Hà My, les trois auteures du projet. Photo : BBG


Le trio comprend Lê Thi Thu Thuy (34 ans, professeure au lycée Ngô Sy Liên, province de Bac Giang, au Nord), Dang Huong My et Nguyên Hà My (toutes deux étudiantes de l’Université nationale de l’économie à Hanoï).

Leur projet intitulé "Application des techniques de gravures sur bois afin de créer une expérience touristique, dans le but de développer le tourisme de la province de Bac Giang" s’est qualifié aux demi-finales du concours national "projets d'entrepreneuriat des jeunes ruraux" de 2019.

Considérée comme un trésor national, la pagode Vinh Nghiêm abrite 3.050 tablettes de bois utilisées pour imprimer les sutras bouddhique de Truc Lâm en chinois et en nôm (écriture démotique sino-vietnamienne). Il s’agit d’ailleurs des uniques planches xylographiques de Truc Lâm, la secte zen la plus représentative du bouddhisme vietnamien.

Ces gravures sur bois reproduisent 34 livres dont les poèmes diffusent l’esprit du bouddhisme. Il s’agit d’une intégration de Bouddha dans la vie quotidienne. Cette philosophie encourage l’autonomie et la confiance en soi.

La plus vieille gravure daterait du XIIIe siècle et la plus récente, pas plus tard que du début du XXe siècle. "Actuellement, les tablettes en bois sont presque entièrement conservées dans les pagodes, leurs valeurs historique, littéraire et esthétique n’ont pas vraiment été diffusées dans le monde de la vie contemporaine", confie Trân Thi Thu Thuy. 

Les tablettes de bois liturgiques de la secte bouddhique Truc Lâm de la pagode Vinh Nghiêm ont été inscrites par l’UNESCO au registre "Mémoire du monde" de la région, Asie-Pacifique. Photo: CVN


Les trois auteures ont traduit ces anciennes gravures en chinois et en vietnamien, afin d’introduire reliques et contes historiques originaires de la province de Bac Giang.

Face aux mauvaises conditions météorologiques du Vietnam rendant difficile la conservation d’anciens artefacts, le trio a proposé un projet de numérisation de ces tablettes.

Ce dernier a également utilisé la technologie de réalité virtuelle (VR) pour développer une application permettant aux visiteurs de découvrir ces gravures en 3D.

En outre, les trois auteures ont utilisé la technique de gravure au laser, au lieu des travaux à la main, afin d’obtenir une gravure plus profonde ou encore la technique d’impression à l’encre à base d'eau sur les papiers do. Dans le passé, ce papier était principalement utilisé pour imprimer les livres et les décrets royaux notamment.

La pagode Vinh Nghiêm dans la commune de Tri Yên, au district de Yên Dung, province de Bac Giang. Photo: CVN


Après un an, le trio a achevé 10 copies des vieilles gravures prêtes pour deux expositions à la citadelle de Xuong Giang d’une part et au parc Hoàng Hoa Tham dans la province de Bac Giang de l’autre, attirant au total plus de 400 visiteurs.

Grâce à ces expositions, les visiteurs ont l’occasion d’en apprendre sur l’histoire et la culture de la province de Bac Giang, déclare Dang Huong My.

Dans un avenir proche, le même groupe continuera de créer des copies des vieilles gravures tout en souhaitant le soutien d’organisations et d’experts culturels afin de valoriser au mieux les tablettes de bois au grand public.

CPV/CVN