La mise à l'honneur d'Alexandre de Rhodes à l'Iran. Photo : https://thanhnien.vn

Selon lui, ce jardin de l’écriture « quôc ngu » prendra comme modèle le jardin construit par des Français à Luxembourg pour honorer la langue française.

Le professeur Hung a rappelé qu’il y a 100 ans, le Roi Khai Dinh avait émis une ordonnance sur l’abandon de l’écriture en caractère chinois et l’utilisation de l’écriture vietnamienne latinisée dans les documents au Vietnam. C’est pour cette raison qu’il a prévu d’organiser une conférence le 28 décembre prochain à Hôi An pour discuter des questions concernant la construction de ce jardin.

Cette conférence réunira des chercheurs internationaux, dont des professeurs venus de Paris, de l’Institut de l’histoire de Lisbonne du Portugal, a -t-il fait savoir.

Le professeur souhaite construire un espace consacré à la mise à l’honneur de l’écriture vietnamienne latinisée, avec la statue d’Alexandre de Rhodes, et où il prévoit de construire une bibliothèque, a partagé le professeur Hung.

Selon lui, cette bibliothèque sera composée d’anciens documents et livres, de vieux journaux conservés au Centre d’archives d’Aix-en-Provence en France et de partout du monde, pour permettre aux chercheurs et étudiants de faire des consultations.

Professeur Hung imagine que la zone dédiée à la mise à l’honneur de l’écriture « quôc ngu » se ressemblera au jardin Luxembourg à Paris. Pour honorer des grands poètes Nguyên Du, Chu Manh Trinh, Nguyên Khuyên qui ont fait le renom de la langue vietnamienne, il est prévu qu’il y aura leurs statues dans le jardin de l’écriture « quôc ngu ». Il y aura également des spectacles de représentations du chant « hat bôi » (théâtre avec chant et geste) et « hat chèo » (opéra folklorique du Nord) dans le jardin.

À ce jour, il y a déjà un homme d’affaires qui lui a offert 5 000 mètres carrés à Hôi An pour réaliser cette initiative, a -t-il fait savoir.

CPV/NDEL