Plus de 80% des fruits du dragon du Vietnam exportés en Chine. Photo: nongthonviet

L’objectif d’en exporter pour plus de 4 milliards de dollars sur l’ensemble de l’année semble donc difficile, voire impossible.

Une forte chute
En 2017, les fruits et légumes du Vietnam ont dégagé 3,45 milliards de dollars d’exportation, pour une progression de 40,5% par rapport à 2016. Cette tendance haussière s’est poursuivie en 2018, avec 3,8 milliards de dollars (+8,9% par rapport à 2017).

La Chine est demeurée le premier marché à l’export, avec plus de 70% du total. Une forte croissance a été constatée sur ce marché  ces deux dernières années.

Selon un récent rapport du ministère de l’Agriculture et du Développement rural, de janvier à septembre 2019, les exportations nationales de fruits et légumes ont reculé de 4,3% en glissement annuel pour se chiffrer à 2,84 milliards de dollars. Si la Chine est demeurée le premier débouché avec 73,6% du total, un recul de 10% en variation annuelle a été constaté.

4 milliards de dollars : un objectif irréalisable !

Photo d'illustration: tapchitaichinh


Analysant cette baisse, Dang Phuc Nguyen, secrétaire général de l’Association des fruits et légumes du Vietnam, a déclaré que «plus des deux tiers des exportations vietnamiennes de ces produits vont en Chine. La forte dépendance vis-à-vis de ce marché a entraîné de nombreuses difficultés pour nos produits dans le contexte où le partie chinoise renforce le contrôle de ses importations».

La croissance des exportations sur d’autres marchés n’a pu contrebalancer la situation.

Aussi l’objectif de plus de 4 milliards de dollars d’exportations de fruits et légumes sur l’ensemble de l’année 2019 s’avère-t-il irréalisable.

A noter aussi que ces 3 premiers trimestres, les entreprises nationales ont importé pour 1,39 milliard de dollars de fruits et légumes, +6,8% en glissement annuel. Avec deux tiers du total, la Chine et la Thaïlande ont été les plus grands fournisseurs.

Bich Ngoc