Il s’agit de la première entreprise sucrière vietnamienne à exporter aux Etats-Unis. 

Dans l'usine de sucre de la société par actions Thanh Thanh Cong – Biên Hoa. Photo: tuoitre

Selon le journal Tuoi Tre, un représentant de la SBT a fait savoir que cette unité vient d’exporter aux Etats-Unis un premier lot de sucre, de 29 tonnes. «Pour obtenir l’autorisation américaine d’importation, notre produit doit être certifié par l'Agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux (FDA). Avec ce premier lot, nous voulons surtout explorer le goût et la demande des consommateurs américains pour ensuite proposer des produits convenant au mieux à ce marché», a-t-il partagé.

Selon des experts agricoles, avec une demande annuelle de 12 millions de tonnes, les Etats-Unis sont l’un des premiers importateurs mondiaux de sucre. Parmi les plus de 40 fournisseurs, le Mexique est en tête avec un tiers du total des importations américaines.

«Actuellement, la qualité du sucre fabriqué dans le pays répond bien aux normes de marchés exigeants comme l’Europe et les Etats-Unis. Le sucre du Vietnam a les capacités de conquérir bien d’autres marchés dans le monde», a souligné Nguyên Hai, vice-président de l’Association du sucre du Vietnam (VSSA).

En 2017, le Vietnam a exporté du sucre dans une trentaine de pays et territoires, pour un chiffre d’affaires de 20 millions de dollars. Un chiffre encore modeste. Le problème central pour la filière est le prix d’exportation de sucre du Vietnam, qui est plus élevé que celui de nombreux autres exportateurs, a dit Nguyên Hai.

Récolte de canne à sucre. Photo: VOV

Le prix de sucre de Thaïlande est ainsi plus bas que celui du Vietnam. Les politiques d’assistance du gouvernement thaïlandais en faveur des paysans et des entreprises en termes de fiscalité, d’accès aux débouchés, de développement des bioénergies à base de bagasse… ont contribué pour une part importante à faire de la Thaïlande le 2e exportateur mondial. C’est ce qui ressort d’une conférence tenue fin mai dernier sur l’accélération de consommation de sucre pour la récolte 2017 – 2018.

En outre, en raison de leurs faibles capacités financières, deux tiers des entreprises vietnamiennes en activité dans ce secteur ne peuvent pas encore investir dans la modernisation de leurs technologies et chaînes de production. Cela pose des problèmes en termes de rendement, de qualité et de diversité des produits.

Pham Hông Duong, vice-président de la VSSA, a estimé que «cette filière nationale a un fort besoin de politiques d’assistance pour assurer la qualité ainsi qu’abaisser le prix d’exportation. Chercher les débouchés s’avère aussi une priorité dans le contexte actuel d'excédent de l’offre domestique».

CPV