Photo: VNA

S'exprimant lors de l'événement, le chef adjoint du Département des marchés d’Asie-Afrique du ministère de l'Industrie et du Commerce du Vietnam, Lê Thai Hoa, a décrit le Moyen-Orient comme un grand marché avec une population de plus de 300 millions de personnes. Chaque année, le Moyen-Orient importe près de 40 milliards de dollars d'aliments, ce qui devrait atteindre 70 milliards d'ici 2035.

Les principaux marchés prometteurs de la région sont les Émirats arabes unis (EAU), la Turquie, l'Arabie saoudite et l'Iran.

Le commerce bilatéral entre le Vietnam et le Moyen-Orient a atteint 12 milliards de dollars l'an dernier, dont 9 milliards de dollars étaient des exportations vietnamiennes vers la région. Outre des aliments, les produits agricoles, la région a une forte demande pour les téléphones mobiles, les équipements électroniques, les articles de consommation, le cuir et les chaussures, qui sont les produits clés du Vietnam.

Les EAU sont actuellement le plus grand partenaire économique et commercial du Vietnam avec un chiffre d'affaires à l'exportation de plus de 5 milliards de dollars l'année dernière.

L'ambassadeur vietnamien aux EAU, Trinh Vinh Quang, a déclaré que le Vietnam est désormais la porte d'entrée des entreprises émiriennes pour accéder au marché de l'ASEAN, tandis que les EAU sont une porte d'entrée pour le Vietnam vers le Moyen-Orient.

Obaid Al Dhaheri, ambassadeur des Emirats Arabes Unis au Vietnam, a félicité le Vietnam en tant que principal partenaire économique des EAU en Asie du Sud-Est et a suggéré de promouvoir la coopération dans les énergies renouvelables, la métallurgie, la réparation navale, la pétrochimie et l'ingénierie mécanique.

Les EAU ont investi dans 14 projets d'une valeur de plus de 26 millions de dollars au Vietnam, principalement dans les infrastructures, l'immobilier, les ressources minérales, la fabrication, le tourisme et les services.

Bien que le commerce bilatéral se développe au fil des ans, les exportations du Vietnam vers le Moyen-Orient ne représentent que 1% des importations totales de la région. Bien que la région dispose d’atouts en pétrole et en gaz, en produits chimiques, en matériaux de fabrication, en produits industriels et de haute technologie, la valeur d’échanges commerciaux de ces produits avec le Vietnam reste limitée.

Lê Thai Hoa a conseillé aux entreprises vietnamiennes de comprendre mieux les coutumes commerciales ainsi que les réglementations nécessaires sur les exportations vers la région. En particulier, les denrées alimentaires ont besoin de la certification Halal, ajoutant qu'elles devraient vérifier les informations des partenaires et discuter du paiement le moins risqué avant de signer des contrats et de livrer des marchandises.

Do Hoai Nam, vice-président de l'Association du café et du cacao du Vietnam, a déclaré que la région bénéficie d'une forte demande pour le riz, le café, le poivre et les produits aquatiques. Il a suggéré d'accéder au marché du Moyen-Orient via Dubaï - l'une des économies les plus ouvertes et un centre de transit dans la région, et de se joindre aux foires commerciales annuelles à Dubaï pour rencontrer directement les acheteurs régionaux.

À cette occasion, la société Relam Investment des EAU et MIG Holdings du Vietnam ont signé un accord de coopération pour lancer Trade Hub au Vietnam - une plate-forme opérationnelle dans de nombreux pays pour relier le commerce en ligne.

Le directeur de MIG Holdings, Nguyen Duy Phuong, a déclaré que Trade Hub au Vietnam devait entrer en service en juillet 2018, reliant les fabricants, les fournisseurs de services, les organisations financières et les investisseurs. Il a ajouté que Trade Hub aidera les petites et moyennes entreprises dans le marketing, la promotion commerciale et partagera les services logistiques pour les petites commandes.

Le directeur exécutif de Savil Vietnam, Neil Madgegor, a déclaré que l'investissement du Moyen-Orient au Vietnam a tendance à augmenter, principalement dans l'immobilier et la haute technologie. Afin d'attirer l'investissement au Moyen-Orient, il a déclaré que les entreprises vietnamiennes doivent améliorer la transparence, la capacité d’administration d’entreprises, et la qualité de la main-d'œuvre, favorisant ainsi le partenariat bilatéral. 

CPV/VNA