Le  Vietnam est capable de remplacer la Chine dans les chaînes d'approvisionnement mondiales. Photo: TGVN


Malgré le ralentissement de l'économie mondiale, le rapport du Fonds monétaire international (FMI) en avril prévoyait une croissance de 2,7% de l'économie vietnamienne, plus élevée que la plupart des autres économies de la région, avec une inflation toujours sous contrôle à 3%. Selon le FMI, en 2021, l'économie vietnamienne connaîtra une croissance de 7%, ce qui signifie qu'elle se remettra complètement après le COVID-19 grâce à une base économique stable et une forte croissance de ses exportations.

Forbes a également récemment évalué: "Le Vietnam a été l'une des destinations les plus sûres pendant la période du COVID-19 en raison de mesures efficaces de lutte antiépidémique, avec seulement 355 cas de contamination et aucun décès (dernière mise à jour)".
 
Pour stimuler le tourisme, le gouvernement du Vietnam a mis en place des incitations à l'investissement et proposé une réduction de 30% de l'impôt sur le revenu des sociétés. L'Assemblée nationale  discute de l'ajout de politiques d'incitation à l'investissement pour les PME, qui représentent 97% des entreprises du pays, ainsi que pour les entreprises publiques. La condition pour que les entreprises en bénéficient est de prouver qu'elles ont subi des dommages en 2020.

Le Vietnam ambitionne d’attirer des sociétés multinationales désireuses de délocaliser leur production après la signature et l'entrée en vigueur de l'accord de libre-échange Vietnam-Union européenne (EVFTA) en août prochain. Après Singapour, le Vietnam est le deuxième pays d'Asie du Sud-Est à avoir conclu un accord de libre-échange (ALE) avec l'UE, créant des conditions pour que 71% de ses marchandises soient exemptées de taxes d’importation en Europe. Il s'agit vraiment d'un nouvel avantage concurrentiel de l'industrie textile  nationale par rapport à ses concurrents chinois.

L'année dernière, le Vietnam a exporté pour près de 42 milliards de dollars vers l'UE et l'EVFTA devrait contribuer à hauteur de 2,4% à sa croissance économique. Le Vietnam est également impatient de négocier un ALE avec les États-Unis.

Le Vietnam a rouvert son secteur touristique. Les visiteurs nationaux sont libres de voyager où ils le souhaitent, montrant que le pays avait échappé au "piège du COVID-19". Le tourisme contribue à 9% du PIB national, avec 80% de touristes domestiques. Les experts prévoient que lorsque les vols internationaux reprendront, combinés à des forfaits promotionnels, le Vietnam aura une longueur d'avance sur la Thaïlande ou Singapour.

Cependant, certains secteurs des services tels que petits magasins, restaurants, cinémas et lieux de divertissement sont toujours affectés. Selon les prévisions, près de 10,3 millions de travailleurs perdront leur emploi ou souffriront d’une baisse des salaires. D'autres secteurs de l'éducation, de la formation et des infrastructures seront également touchés.

Le Vietnam a approuvé un plan de relance de 2,66 milliards de dollars, où l'un des domaines prioritaires est la promotion du commerce électronique et du marketing en ligne. La formation à distance gagne également en popularité avec les plateformes d'apprentissage en ligne et les téléconférences. Le secteur de la santé devrait également "faire prospérer" les applications d'examen médical et de prescription des médicaments à distance.

Dans le cas où le vaccin anti-COVID-19 voit le jour, le Vietnam pourra profiter du développement de lignes de production bon marché. Récemment, le Vietnam a réussi la production de kits de test COVID-19 et de vêtements de protection individuelle (PPE). Le Vietnam peut explorer les possibilités de produire des kits à faible coût grâce à des joint-ventures avec d'autres pays.

Dans la période actuelle, les soutiens du gouvernement, combinés à des incitations fiscales, la simplification des procédures administratives et l’attrait des investissements, créeront des opportunités pour faire du Vietnam l’une des économies d’Asie du Sud-Est à la croissance la plus rapide./.


CPV