Forum de l’économie coopérative et des coopératives 2019. Photo: VNA

S'exprimant lors du forum, le vice-Premier ministre Vuong Dinh Hue, président du Comité de pilotage pour l'innovation, le développement de l’économie collective et des coopératives a souligné que l'objectif principal était de trouver les solutions pour sortir l’économie collective de ses difficultés, atteindre un taux de croissance plus élevé et représenter une part  plus élevée dans le Produit intérieur brut (PIB) national. A présent, l’économie collective ne représente plus que 4% contre 7,49% en 2003.

Selon un rapport présenté par l'Union des coopératives du Vietnam, la croissance du PIB des coopératives représente seulement 50% de celle des autres secteurs de l'économie. C’est la raison pour laquelle le PIB de l’économie collective diminue de plus en plus.

Selon M. Hue, il faut avoir plus d’attentions de la part des ministères au développement de ce secteur. En outre, il faut s’intéresser à la formation de cadres, notamment ceux chargés des finances. Il y a actuellement 40% des cadres formés et donc 60% non formés.

D'autre part, les coopératives doivent bénéficier de politiques de transfert de technologies, de commerce et d'expansion du marché, attirant les entreprises vers les zones rurales. C'est seulement lorsque les coopératives se coordonnent avec les entreprises pour créer des chaînes de valeur que les produits peuvent avoir des débouchés.

Présent  au forum, le ministre du Plan et de l'Investissement, Nguyen Chi Dung, a estimé qu'il s'agissait du premier forum du genre organisé au Vietnam avec la participation de ministères, secteurs, associations, organisations internationales...

La réalité a montré que l'économie coopérative contribuait pour une part importante à l’économie, notamment après la naissance de la Loi de 2012 sur les coopératives. Malgré les fluctuations dans le pays comme dans le monde, l’économie coopérative maintient son rythme et se développe chaque année. Elle joue aussi un rôle important pour l’économie familiale à travers la création de revenus stables, la réduction de la pauvreté…

Cependant, outre les réalisations positives les défis demeurent, comme la lenteur du rythme de croissance, la négligence de certaines coopératives envers la loi, la faible efficacité…

Par conséquent, pour sortir l’économie coopérative de cette situation afin qu’elle puisse représenter une part plus élevée du PIB national, il faut élaborer des politiques prioritaires, a estimé M. Dung.

CPV/VNA