La ville de Fès (photo: www.voyagesphotosmanu.com)

La valorisation des identités culturelles, les interactions et la fécondation mutuelle des diverses expressions culturelles sont l’une des vocations premières de la Francophonie, organisation présente sur les cinq continents et possédant en commun une langue facilitant les échanges à tous les niveaux, du local à l’international.

Près de 50 ans plus tard, cet idéal est d’une actualité cruciale tant la tentation du repli sur soi prend le pas sur l’ouverture à la diversité des expressions de notre humanité commune, dont les aspects les plus meurtriers occupent en ce moment même les devants de la scène mondiale.

En abritant cette conférence, le Maroc confirme son engagement au sein de la Francophonie à œuvrer avec un élan renouvelé à la promotion de nouveaux rapports, basés sur la relance d’une culture de paix et du vivre ensemble au sein d’un espace fondé sur le partage d’une langue et de valeurs communes.

Pour examiner la problématique de l’altérité, les travaux s’articulent autour de 6 ateliers: Langues et religions, Les artistes et leurs œuvres, Les acteurs clés de la subversion et de la paix, Le rôle du politique et celui de l’économique, La médiation, la médiatisation et L’éducation à la paix.

L’objectif de cette conférence est d’adopter des recommandations ciblées par atelier thématique et par acteurs (États et gouvernements, OIF, ISESCO, et société civile), de produire un document de référence pour servir de plaidoyer sur la nécessité de l’ouverture à la diversité et à la différence et d’alimenter les programmes et les actions des acteurs institutionnels de l’ISESCO et de la Francophonie.

CPV/OIF