Dans un hôtel réquisitionné par la préfecture pour accueillir des patients atteints du COVID-19 après leur sortie de l’hôpital, à Perpignan, le 8 avril. Photo: Lemonde


Le confinement des Français « va être prolongé » au-delà du 15 avril et Emmanuel Macron présentera lundi soir ses décisions pour la poursuite de la lutte contre l’épidémie, après avoir consulté tous azimuts, a annoncé l’Elysée mercredi 8 avril à l’Agence France-presse (AFP). Il s’exprimera juste après le « clapping » de 20 heures, rendez-vous quotidien pendant lequel des Français applaudissent à leurs fenêtres les personnels soignants.

D’ici à lundi, le chef de l’Etat « consultera un grand nombre d’acteurs publics et privés, français, européens et internationaux, afin d’échanger avec eux sur les grands enjeux relatifs au COVID-19 et de préparer les décisions qui seront annoncées lundi aux Français », a précisé l’Elysée.

Mercredi, M. Macron s’est entretenu avec des experts de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et il échangera aussi d’ici à lundi avec certains de ses partenaires européens, avec son conseil scientifique et avec des élus de terrains, sur les éléments clés liés à la poursuite du confinement et à la stratégie de sortie, dont les masques, les vaccins et les tests, a expliqué la présidence.

Une augmentation moins forte des patients en réanimation

L’épidémie de COVID-19 continuait de traverser la France et le nombre de morts d’augmenter, mercredi. « La tension se relâche à peine dans certains services de réanimation de certaines régions mais devient encore plus forte dans d’autres », a déclaré le directeur général de la santé, Jérôme Salomon, lors de son point quotidien.

541 morts supplémentaires ont été comptabilisés en milieu hospitalier depuis mardi, portant au total le bilan à 7.632 personnes mortes depuis le 1er mars.

Le bilan concernant les établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) et les établissements médico-sociaux n’a pu être actualisé aujourd’hui « en raison d’un problème technique ». Le bilan total dans ce type de structure reste donc de 3.237 morts, comme mardi.

Le bilan total est aujourd’hui estimé à 10.869 personnes mortes en France du COVID-19, à relativiser par l’absence de la prise en compte du nombre de décès en établissement sociaux et médico-sociaux.

30.375 personnes sont hospitalisées pour une infection au coronavirus, (soit 348 places de lits supplémentaires attribués aux malades du COVID-19 en vingt-quatre heures), dont 7.148 cas graves en réanimation ; 482 personnes ont été transférées en réanimation depuis la veille.

Toutefois, avec les sorties, l’augmentation nette du nombre de patients en réanimation est de moins en moins forte, avec un solde de + 17 (contre + 59 mardi, + 94 lundi et + 140 dimanche). Cet indicateur, qui permet de mesurer le nombre d’ouvertures de lits, est très suivi par les professionnels, car il pointe la pression sur le système de santé.

La France entre en récession

Alors que 6,3 millions de salariés sont concernés par le chômage partiel, le produit intérieur brut (PIB) du pays s’est effondré de 6 %, selon la Banque de France, qui a publié sa première enquête de conjoncture prenant en compte les effets des mesures de confinement entrées en vigueur le 17 mars.

Compte tenu du recul de 0,1 % du PIB au quatrième trimestre 2019, la France est donc entrée en récession – celle-ci se caractérisant par deux trimestres consécutifs de recul du PIB. L’activité économique globale a chuté de 32 % pendant la quinzaine de confinement de mars. Par rapport à la crise financière de 2008, la baisse de l’activité est bien plus forte.

Un essai clinique a commencé

En attendant un vaccin éventuel, un essai clinique consistant à transfuser du plasma sanguin (la partie liquide du sang qui concentre les anticorps après une maladie) de personnes guéries vers des « patients en phase aiguë de la maladie » a débuté.

En France, les premiers prélèvements de plasma ont commencé mardi. Deux cents personnes guéries sont concernées et soixante malades sont inclus dans l’essai clinique (trente recevront le plasma-convalescent et trente un placebo), avant « une première évaluation » dans « deux à trois semaines », selon l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) et l’Etablissement français du sang (EFS). Chaque don de plasma pourrait « sauver trois ou quatre vies », selon Eldad Hod, un spécialiste des transfusions qui dirige cette expérience à l’hôpital Irving de l’université Columbia.

La France continue de recevoir des masques

Pendant ce temps, la France poursuit ses efforts pour s’approvisionner en masques, et ses « commandes sûres » atteignent désormais 1,6 milliard d’exemplaires, a assuré le ministre de la santé, Olivier Véran.

Le gouvernement maintient pour l’heure sa recommandation d’en réserver l’usage aux soignants et aux personnes infectées. Concernant le gel hydroalcoolique, en revanche, « il y a une très forte production » et « nous ne sommes plus en difficulté » dans ce domaine, a fait savoir le professeur Salomon.

LeMonde/AFP