Le président de la République français Emmanuel Macron. Photo: Reuters


Fermeture des écoles, mesures de chômage partiel, fin de la trêve hivernale repoussée, report des cotisations et des impôts dus en mars par les sociétés… Le président de la République a annoncé, lors d’une allocution télévisée solennelle jeudi 12 mars, une série de mesures fortes visant à freiner l’épidémie due au coronavirus. « Nous ne sommes qu’au début de cette épidémie, a-t-il prévenu, et partout en Europe, elle s’accélère. »

Le dernier bilan en France fait état de 2 876 personnes contaminées — dont 129 sont en réanimation — et 61 morts (soit 13 de plus par rapport à mercredi). Neuf foyers ont été identifiés : dans l’agglomération de Montpellier, dans l’Aude, le Calvados, en Corse, en Haute-Savoie (La Balme-de-Sillingy et Les Contamines-Montjoie), dans l’Oise, le Morbihan, le Haut-Rhin, auxquels s’ajoute le groupe de touristes de retour d’un voyage en Egypte.

Les élections municipales maintenues

Face à la « plus grave crise sanitaire qu’ait connue la France depuis un siècle », l’urgence est de protéger nos compatriotes les plus vulnérables, a déclaré le chef de l’Etat. Toutes les personnes âgées de plus de 70 ans, ainsi que celles qui souffrent de maladies chroniques ou de handicaps sont invitées à rester chez elles et à limiter au maximum leur déplacement, a-t-il ajouté.

Pour autant, « rien ne s’oppose à ce que les Français, même les plus vulnérables, se rendent aux urnes » pour le premier tour des municipales dimanche 15 mars, a annoncé Emmanuel Macron, s’appuyant sur l’avis de scientifiques, alors qu’un possible report avait alimenté des spéculations pendant toute la journée. « Il est important en ce moment, en suivant l’avis des scientifiques comme nous venons de le faire, d’assurer la continuité de notre vie démocratique et de nos institutions », a assuré le chef de l’Etat.

M. Macron a toutefois souligné la nécessité d’appliquer les « gestes barrières » (se laver les mains régulièrement, tousser ou éternuer dans son coude, utiliser un mouchoir à usage unique, porter un masque lorsqu’on est malade). « Des consignes renforcées seront données dès demain afin que nos aînés n’attendent pas longtemps, que des files ne se constituent pas, que les distances soient aussi tenues et que ces fameuses mesures barrières soient bien respectées. »

Les crèches, établissements scolaires et universités fermés dès lundi

Toutes les crèches, tous les établissements scolaires et les universités seront fermés à partir de lundi, et ce « jusqu’à nouvel ordre », pour freiner l’épidémie de Covid-19, à l’instar d’autres pays européens. Le chef de l’Etat justifie cette décision par le fait que « les plus jeunes sont celles et ceux qui propagent le plus vite le virus, même s’ils n’ont pas de symptômes ». Cette mesure vise à « les protéger » et à « réduire la dissémination » du virus sur le territoire.

« Un service de garde sera mis en place région par région » pour que les personnels « indispensables à la gestion de la crise sanitaire » puissent « faire garder leurs enfants et continuer d’aller au travail », a-t-il ajouté.

Interrogé peu après l’allocution du président, le ministre de l’éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, a évoqué un « mécanisme » de « classe à la maison », ainsi qu’un « service minimum », sans plus de détails. Il a souligné qu’« aucun enfant ne doit rester au bord du chemin » en cette période de cours à distance. « La période qui s’ouvre n’est pas une période où les enfants ne doivent pas travailler, au contraire, ils sont en situation de continuité, simplement les modalités évoluent », a ajouté le ministre. Il s’est par ailleurs dit favorable au maintien des examens, « tout simplement parce que ça n’obéit pas aux mêmes principes que ce que nous faisons pour les enfants ».

Les transports publics seront quant à eux maintenus — « car les arrêter, ce serait tout bloquer, y compris la possibilité de soigner », a déclaré Emmanuel Macron. Cependant, les Français sont invités à « limiter leurs déplacements au strict nécessaire ». De nouvelles mesures sont envisagées pour limiter les rassemblements.

Des mesures pour libérer des places dans les hôpitaux

Dans les hôpitaux, les soins non essentiels seront reportés et le maximum de médecins et de soignants seront mobilisés, y compris les étudiants et les jeunes retraités, a ajouté le chef de l’Etat. « Le gouvernement mobilisera tous les moyens financiers nécessaires, quoi qu’il en coûte, pour porter assistance, sauver des vies », a assuré M. Macron.

Par précaution, le gouvernement a demandé jeudi la « déprogrammation immédiate des interventions chirurgicales non urgentes » afin de libérer des lits en réanimation, en salles de réveil et du personnel qualifié — conformément au stade 2 du plan blanc des hôpitaux. « Tous les moyens nécessaires » à la santé seront employés « quoi qu’il en coûte », a insisté le président, vantant au passage les vertus de l’Etat-providence.

Des mesures « exceptionnelles et massives » de chômage partiel

Emmanuel Macron a annoncé un mécanisme de chômage partiel pour « protéger les salariés et les entreprises » face à l’épidémie due au coronavirus. « Dans les jours à venir, un mécanisme exceptionnel et massif de chômage partiel sera mis en œuvre » qui ira « beaucoup plus loin » que les annonces déjà faites par le gouvernement pour « préserver les emplois et les compétences », a affirmé le président.

« L’Etat prendra en charge l’indemnisation des salariés contraints de rester chez eux », a-t-il affirmé, s’engageant à protéger les salariés et les entreprises « quoiqu’il en coûte », sans donner plus de précision sur le coût des mesures annoncées.

Déjà 3 600 entreprises ont demandé à bénéficier de mesures de chômage partiel pour environ 60 000 salariés, selon la ministre du travail, Muriel Pénicaud. Le tourisme, la restauration, l’événementiel et les transports sont particulièrement touchés.

« Toutes les entreprises qui le souhaitent pourront reporter sans justification, sans formalité, sans pénalité le paiement des cotisations et impôts dus en mars », a ajouté le chef de l’Etat. « Je veux pour nos forces économiques des mesures simples : les échéances qui sont dues dans les prochains jours et les prochaines semaines seront suspendues pour toutes celles et ceux qui en ont besoin », a-t-il ajouté.

CPV/LeMonde