Photo: Internet


La grande majorité des marchés rouverts comptent moins de dix commerçants et se situent dans des petites localités, mais aussi dans quelques capitales régionales comme Lille, Rennes, Clermont-Ferrand ou Grenoble, ont indiqué la Fédération nationale des marchés et le ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation.

Dans dix départements, aucune dérogation de réouverture n'a été accordée à ce jour : Paris, Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis, Haut-Rhin, Bas-Rhin, Haute-Marne, Hautes-Alpes, Var, Haute-Corse et Guyane.

Lors de la fermeture de toutes les activités non essentielles au fonctionnement du pays en France le 14 mars dernier, les marchés alimentaires étaient restés ouverts, déclarés prioritaires comme les supermarchés pour nourrir les populations confinées.

Mais le gouvernement les a finalement tous fermés le 24 mars pour freiner la contagion.

La diffusion sur les réseaux sociaux d'images de foules se pressant dans les marchés parisiens d'Aligre ou de Barbès notamment avait ému les autorités sanitaires. La maire de Paris, Anne Hidalgo, avait demandé elle-même l'interdiction de tous les marchés de rue.

Lundi 30 mars, la réouverture d'un quart des marchés a été permise par dérogation, après la mise au point d'un guide de bonnes pratiques sanitaires négocié vendredi 27 mars entre quatre ministères (Santé, Agriculture, Bercy et Intérieur), la fédération des marchés de France, le syndicat agricole FNSEA et d'autres organisations de producteurs comme la Confédération paysanne, notamment.


AFP