Ouidad Tebbaa, la directrice générale du bureau d’Asie-Pacifique de l’AUF. Photo: AUF


«La force de ce réseau, c’est sa souplesse, mais c’est aussi la présence de cette agence qui représente ces universités. Nous avons 6 directions centrales et 10 directions régionales dont une en Asie-Pacifique et la chance qui est la nôtre, c’est d’être hébergée et domiciliée au Vietnam. Les directions centrales travaillent en collaboration avec les directions régionales pour mettre en place les actions de l’agence. Ce qui importe, c’est ce que nous faisons avec nos universités membres. Ce n’est pas nous qui définissons les choses, ce sont nos universités membres. Et nous avançons aussi vite qu’elles», indique Ouidad Tebbaa, la directrice générale du bureau d’Asie-Pacifique de l’AUF.

La direction régionale d’Asie-Pacifique s’est implantée à Hanoi depuis 1993, puis à Hô Chi Minh-Ville, à Phnom Penh (Cambodge), à Vientiane (Laos), ainsi qu’à Port-Vila (Vanuatu). Ouidad Tebbaa s’est réjouie de la croissance de l’écosystème universitaire régional.

«Aujourd’hui, en Asie-Pacifique, nous sommes presque une centaine répartis sur à peu près 13 pays. Nous étions 12, on a rajouté le Myanmar. La dynamique régionale est pour nous fondamentale et les valeurs de solidarité, c’est non seulement entre un certain nombre de régions, mais c’est aussi la manière dont à l’intérieur de l’espace régionale. L’expertise aujourd’hui dans notre région, elle ne vient pas des pays du Nord et des pays européens. Le Vietnam, par exemple, est maintenant un grand pays universitaire et la moitié de notre réseau régional est vietnamien bien sûr. Nous finançons des bourses régionales pour des Cambodgiens et des Laotiens viennent étudier dans de grandes écoles d’ingénieurs ici à Hanoï, à Hô Chi Minh-Ville, à Dà Nang ou ailleurs», dit-elle.

Slim Khalbous (2e à gauche), nouveau recteur de l’AUF. Photo: AUF

Au niveau mondial, l’AUF agit pour une francophonie universitaire solidaire engagée dans le développement économique, social et culturel des sociétés. Elle accompagne ses établissements membres pour relever trois grands défis : la qualité de la formation, de la recherche et de la gouvernance universitaire, l’insertion professionnelle et l’employabilité des diplômés et l’implication dans le développement global des sociétés.

Étienne Saur, le recteur de l’Université des sciences et des technologies de Hanoi (USTH) apprécie beaucoup le rôle de l’AUF en qualité d’opérateur de la Francophonie pour l’enseignement supérieur et la recherche: «L’AUF joue un rôle décisif dans notre stratégie globale d’ouverture sur le monde et sur le public vietnamien en général».

Slim Khalbous, le nouveau recteur de l’AUF, souhaite poursuivre la mise en place de la stratégie ambitieuse de 2017-2021 pour le développement de la Francophonie universitaire et élaborer celle pour la période 2021-2024. Cette nouvelle stratégie devrait permettre à l’AUF de confirmer son changement de palier pour devenir un acteur incontournable de l’espace francophone en matière de savoir et de développement des compétences dans le monde.

Il ambitionne également de s’attaquer à plusieurs projets au cours de la période 2021-2024, à savoir, la numérisation, la modernisation des systèmes éducatifs, l’employabilité, l’innovation et l’esprit entrepreneurial. Il s’attachera aussi à mettre l’AUF au service de l’attractivité de la Francophonie universitaire, scientifique et professionnelle auprès de la jeunesse mondiale. 

CPV/VOV