La conférence "Grand Paris Express - lignes à grande vitesse - ville intelligente et le Vietnam du futur", le 23 octobre à l’hôtel Melia Hanoï. Photo: CVN
 
Mardi 23 octobre à l’hôtel Melia Hanoï, s’est tenue la conférence "Grand Paris Express - lignes à grande vitesse - ville intelligente et le Vietnam du futur" avec la présence de plusieurs experts vietnamiens et étrangers dont le ministère des Transports et des Communications, le ministère des Sciences et des Technologies, le Comité populaire de Hanoï, l’Université des technologies de transport, l’Université des transports et des communications, la société Tractebel ENGIE ainsi que l’Association des scientifiques et experts vietnamiens (AVSE).

Durant cette rencontre, Nguyên Ngoc Dông, vice-ministre du ministère des Transports et des Communications a confirmé que le transport "est au centre des préoccupations du gouvernement et du ministère [...] qui soutiennent énormément les innovations technologiques dans la production et dans la construction des infrastructures des réseaux ferroviaires". Il a également insisté sur l’importance de l’évènement à "établir un réseau de partage d’expériences pour tous les acteurs du futur".

Un échange entre les professionnels du secteur qui a favorisé "les coopérations intellectuelles entre les experts internationaux en partageant leurs savoirs en matière de transports en commun". "Un sujet au cœur des actualités du pays" comme l’a souligné l’économiste Nguyên Duc Khuong, membre du groupe de conseillers économiques du Premier ministre et président de l’AVSE.

Les experts et scientifiques vietnamiens ont ainsi mis en commun leurs recherches dans la construction des deux métros à Hanoï et Hô Chi Minh-Ville. Ils ont abordé les nombreux problèmes caractéristiques du Vietnam tels que le climat, les directions gouvernementales, le terrain… tout en apportant les solutions appropriées à la situation actuelle du pays.

"Les motos privés représentent 70% des véhicules et sont la cause majeure des embouteillages dans les grandes villes du Vietnam. La construction du métro vise à diminuer le nombre de motos jusqu’à 50% d’ici 2030 et à réduire la pollution de l’air à Hanoï et à Hô Chi Minh-Ville notamment. Cependant, notre recherche montre qu’à long terme, il est nécessaire de faire changer les mentalités sur la réticence de la population vis-à-vis des transports publics", a précisé Dre Truong Thi My Thanh, de l’Université des technologies de transport.

Par ailleurs, les Dr Bùi Ngoc Dung et Trân Vu Hiêu ont insisté sur le rôle indéniable "des transports publics traditionnels" à l’instar du bus, au sein du futur réseau de transport vietnamien.

Réduire 40% le temps actuel de déplacement

Ce nouveau système de transports publics modernes reposera sur les innovations technologiques et plus particulièrement sur l’intelligence artificielle. Une annonce qui a reçu un avis favorable de la part de la directrice adjointe de l’Institut de l’intelligence artificielle du Vietnam, le Dre Nguyên Thi Thuy et de l’architecte Dinh Viêt Tùng. 

Giorgio Fantauzzi, directeur technique de la société Tractebel. Photo : CVN

Les experts étrangers ont quant à eux, présenté plusieurs expériences dans la construction des lignes de métro dans la région Ile-de-France intitulé Grand Paris Express.

Cette ambitieuse initiative a pour but d’élargir le réseau ferroviaire avec la construction et la rénovation de plusieurs lignes de la région parisienne. "C’est un projet qui va connecter Paris et ses alentours via un système moderne de lignes ferroviaires. On estime réduire 40% le temps actuel de déplacement entre les mêmes endroits", a exprimé Giorgio Fantauzzi, directeur technique de la société Tractebel. 

À l’issue de cette rencontre, les intervenants auront abordé les trois sujets suivants: le métro, les LGV et la ville intelligente. Une conférence enrichissante qui aura permis d’aborder les nouvelles visions du transport public entre les principaux intéressés.

CPV/VNA