Photo de famille des participants au Sommet de la Francophonie le 11 octobre à Erevan. Photo: Xinhua/VNA/CVN


Plus de 80 délégations étrangères et plus de 25 dirigeants ont participé à l'événement. Dans son allocution liminaire, le Premier ministre arménien, Nikol Pashinyan, a mis l'accent sur les efforts déployés par les pays et régions francophones pour résoudre les conflits et les crises, soulignant que le sommet d'Erevan va s'intéresser à de multiples questions qui sont également des "défis pour l'Arménie", notamment la paix et la stabilité.

Le président français, Emmanuel Macron, qui s'est exprimé au sommet, a rendu hommage au chanteur franco-arménien récemment décédé, Charles Aznavour, et a souligné que le sommet prend place à un moment critique de changements mondiaux importants.

"Ses aspirations à la fraternité, la paix, la liberté, la dignité humaine, la justice, qui sont le socle même de notre communauté", a dit le président français.

La cérémonie de clôture aura lieu vendredi 12 octobre au terme d'un certain nombre de réunions de travail, votes sur les résolutions et d'une conférence de presse commune.

Le gouvernement arménien a pris des mesures de sécurité sans précédent dans la capitale arménienne, Erevan, exhortant les citoyens à se déplacer en métro pendant les deux journées du sommet.

L'Organisation internationale de la Francophonie a été créée en 1970. Elle compte 58 membres et 26 observateurs qui parlent français ou ont des liens culturels ou historiques avec la France. L'Arménie est membre à part entière de l'organisation depuis 2012.

VNA/CPV