L’année 2018 a marqué le double anniversaire entre la France et le Vietnam : 45 ans des relations diplomatiques et 5 ans du partenariat stratégique. Pourriez-vous citer  des réalisations remarquables dans la coopération entre les deux pays au cours de dernier temps? 

Ambassadeur Bertrand Lorthollary: Les relations diplomatiques entre le Vietnam et la France ont passé 45 ans et l'élévation de leur relation au niveau d’un partenariat stratégique a reflété une étape mûre dans ces relations. Les réalisations de coopération entre les deux pays ont été exprimées dans de nombreux domaines.

Sur le plan politique tout d’abord, les visites croisées au plus haut niveau ces derniers temps, notamment celle en France du secrétaire général du Parti et président du Vietnam, Nguyên Phu Trong, et celle, au Vietnam, du Premier ministre français Edouard Philippe en 2018, ont continué d'affirmer l'approfondissement de nos relations diplomatiques.

L’ambassadeur de France au Vietnam, Bertrand Lortholary. Photo : Kieu Giang

La santé constitue aussi  un axe fort et structuré de notre coopération car elle s’inscrit dans un processus continu et durable depuis 25 ans en associant à la fois des acteurs institutionnels et des acteurs privés.

La France s’est très tôt engagée sur la formation des professionnels de Santé. Ainsi, depuis 25 ans, ce sont près de 3.000 médecins vietnamiens qui ont été formés en France dans nombre d’établissements hospitaliers et universitaires reconnus pour leur qualité. Cet engagement sur la formation se traduit également par la mobilisation de plus de 80 enseignants français chaque année pour dispenser des  formations postuniversitaires dans différentes facultés de médecine et de pharmacie à travers tout le Vietnam. L’année dernière, 1.500 médecins vietnamiens en ont bénéficié.

La coopération entre nos deux pays est également très forte en ce qui concerne la recherche biomédicale. Les coopérations entre l’Institut Pasteur de Paris et les Instituts Pasteur du Vietnam, ou les collaborations entre l’ANRS (Agence Nationale de Recherche sur le SIDA et les hépatites virales) et les équipes médicales au Vietnam sont dynamiques et œuvrent à l’amélioration de la santé des populations dans le pays.

Dans le domaine économique et commercial, nous avons également accompli de grands progrès. Les échanges commerciaux entre la France et le Vietnam sont en constante augmentation. Les exportations françaises vers le Vietnam ont ainsi augmenté de 7,9% en 2017 et les importations de 14,2%. Le volume total des échanges entre les deux pays a quadruplé en 10 ans pour atteindre 6,7 milliards d’euros aujourd’hui. 

La France participe également à l’économie vietnamienne via ses investissements – publics et privés. La France est, historiquement, le deuxième pays pourvoyeur d’APD et est toujours impliquée dans des projets d’envergure (financement pour moitié de la ligne 3 du métro de Hanoi – 600 millions de dollars). En 2017, les IDE français au Vietnam s’élèvent à 600 millions de dollars (flux).

De même, les entreprises françaises sont présentes sur de nombreux secteurs et continuent de développer leurs activités. Durant la visite du Premier ministre français au Vietnam en novembre dernier, ce sont plus de dix milliards d’euros de contrats qui ont été signés dont les deux principaux concernent l’aéronautique civile : vente d’A321 neo d’Airbus à la compagnie aérienne VietJet Air (5,7 mds d’euros) et la vente de  moteurs Safran/CFM à cette même compagnie (4,4 mds d’euros). Les autres entreprises françaises concernées sont notamment EDF (investissement dans la centrale à cycle combiné de Son My 1), Air Liquide (externalisation de l’hydrogène pour la raffinerie de Binh Son) ou encore Schneider Electric, Quadran International et Total. 

Actuellement, il y a combien de projets économiques français en cours de déploiement au Vietnam ? Dans l’avenir, quels sont les investissements que la France choisira au Vietnam ? 

Ambassadeur Bertrand Lorthollary: Les projets économiques portés par des entreprises françaises au Vietnam sont nombreux et reflètent la diversité et la richesse de notre coopération. Avec près de 300 filiales d’entreprises implantées localement et près de 550 millions d’euros de stock d’investissements en 2017, la France est présente dans de nombreux secteurs de l’économie (transports, infrastructures, agroalimentaire, pharmaceutique, grande distribution, hôtellerie et services financiers). 

Parmi les projets en cours de développement, EDF par exemple va participer à un consortium chargé du projet de centrale à gaz de Son My 1, qui représente un investissement de 1,5 milliard de dollars. CMA CGM a fait du Vietnam l’un des pays prioritaires de son développement, avec un investissement dans le projet Gemalink de port en eaux profondes, un projet de 340 millions de dollars. Les entreprises françaises participent au développement durable du Vietnam: Bouygues Energie et Services est en charge de la construction de la plus grande centrale solaire du Vietnam avec une capacité de 200 MW. Quadran International construit une centrale solaire de 50 MW. Le gouvernement français de son côté accompagne les projets prioritaires d’infrastructures du pays, avec des financements à hauteur de 21,1 millions d’euros pour le lot billettique de la ligne 3 du métro de Hanoï, les études de faisabilité pour un futur marché de gros à Hanoï et l’extension de l’aéroport international de Noi Bai (Hanoï). 

Notre présence est appelée à se renforcer dans de nouveaux secteurs : énergies renouvelables, industrie 4.0, technologies numériques mais aussi dans les secteurs de l’agriculture et de l’agroalimentaire. Sur ces derniers points, le Vietnam présente de nombreuses opportunités d’investissement tant dans le secteur productif que dans la distribution. Il est, en particulier, prévu de contribuer à la modernisation de marchés de gros, ce qui représente des investissements de plusieurs centaines de millions d’euros. La France partagera ainsi son expérience dans le fonctionnement de structures logistiques modernes. Associées à des politiques publiques efficaces, ces structures permettent une transparence et une traçabilité des flux, garantes de la sécurité sanitaire des aliments et d’une répartition optimale de la valeur tout au long  de la chaine, du producteur au consommateur.

Une des priorités de votre mandat au Vietnam est de rapprocher la jeunesse vietnamienne de la France. Pourtant, le gouvernement a décidé d’augmenter les frais d’inscription pour les étudiants étrangers dont les étudiants vietnamiens. Selon vous, quelles sont les opportunités pour les jeunes vietnamiens de faire leurs études en France ?

Ambassadeur Bertrand Lorthollary : La France offre de nombreuses opportunités pour les étudiants vietnamiens. Ils sont déjà plus de  7.000 à effectuer des études en France, ce qui place notre pays au premier rang des destinations européennes. Les études en France sont moins chères que dans de nombreux autres pays européens ou aux Etats-Unis : cela ne veut pas dire qu’elles sont de moins bonne qualité, bien au contraire ! En effet, la qualité de l’enseignement supérieur français, qui se place au 4ème rang mondial, est unanimement reconnue : il suffit de voir le nombre de prix Nobel ou de médailles Fields obtenus par des français ou par des étrangers ayant étudié en France, comme le mathématicien Ngô Bảo Châu. 

En réalité, le coût d’un étudiant, quel qu’il soit, varie entre 10.000 et 15.000 euros par an. C’est le prix pour un enseignement de très grande qualité. Jusqu’à présent, les étudiants étrangers dans les établissements publics ne devaient payer que des frais d’inscription minimes, de 250 à 300 euros par an. Si les mesures annoncées par le gouvernement sont confirmées, ils devront désormais payer 2.770 euros quand ils s’inscriront en licence et 3.770 euros en master. Cela signifie que l’Etat français continuera de financer le reste. C’est dire que les études supérieures en France resteront parmi les plus abordables du monde, pour un niveau de qualité parmi les meilleurs du monde : les familles vietnamiennes pourront comparer avec le coût des études dans d’autres pays étrangers.

Les étudiants vietnamiens au Salon « Bienvenue en France » 2018. Photo : Ambassade de France au Vietnam.

Enfin, la France souhaite toujours, et plus que jamais, attirer les meilleurs talents. Cela veut dire que pour celles et ceux qui n’ont pas les moyens de payer ces nouveaux frais d’inscription, le gouvernement français et les universités prévoient de tripler le nombre de bourses qui passeront de 7.000 à 21.000. Les étudiants vietnamiens devraient également en bénéficier. En 2018, ce sont 400 étudiants vietnamiens qui bénéficient d’une bourse d’étude totale ou en cofinancement pour étudier en France. En plus des bourses gouvernementales, il existe également de nombreuses autres bourses accessibles aux étudiants vietnamiens, comme celles de la Fondation Odon Vallet, très active au Vietnam. Les informations sur ces diverses bourses peuvent être consultées sur le site internet de l’agence Campus France.

Depuis la signature de l’accord relatif à la coopération franco-vietnamienne dans le domaine de défense en 2009, nos 2 pays ont récolté beaucoup de résultats. Pourriez-vous présenter les meilleures réalisations dans la coopération de défense entre les 2 pays ?

Ambassadeur Bertrand Lorthollary: Les relations de défense franco-vietnamiennes ont débuté bien avant 2009: la France a, par exemple été, dès 1991, le premier pays occidental à ouvrir un poste d’attaché de défense au Viêt Nam et, depuis 1993, ce sont près de 300 officiers vietnamiens qui ont pu suivre une scolarité ou une formation en France.

Nos deux pays ont formalisé toute l’importance qu’ils souhaitaient donner à la coopération de défense au sein de de notre relation bilatérale avec la signature de l’accord de 2009. Quatre ans après, une nouvelle impulsion a été donnée lorsque la France et le la France et le Vietnam ont élevé, en 2013, leur relation au niveau d’un Partenariat stratégique. 

Nos coopérations de défense sont aujourd’hui très riches et se déclinent dans de nombreux volets tels que la formation, la coopération opérationnelle, les équipements, le domaine maritime ou encore les opérations de maintien de la paix. Si je devais choisir une réalisation particulière, je souhaiterais alors surtout évoquer l’exceptionnel niveau de confiance stratégique qui existe aujourd’hui entre nos deux pays: nos intérêts sont convergents, nous défendons une même vision du monde, fondée sur le multilatéralisme et le respect du droit international. C’est pourquoi, le Vietnam constitue pour la France le partenaire naturel en Asie du Sud-est, région structurante pour la sécurité collective, où nous souhaitons être encore plus présents. Ce constat a été partagé par nos plus hautes autorités l’an dernier lors des visites en France du secrétaire général du Parti et président du Vietnam Nguyen Phu Trong et de celle, au Vietnam, du Premier ministre français Edouard Philippe.

2018 a été historique avec, pour la première fois dans notre relation bilatérale, des visites croisées au plus haut niveau au cours de la même année, au cours desquelles la coopération de défense a occupé une place centrale. En septembre dernier, le ministre vietnamien de la Défense, le général d’armée Ngô Xuân Lich, a mené une visite à Paris à l’invitation de son homologue, la ministre française des Armées, Mme Florence Parly ou encore la tenue de notre dialogue stratégique « 2+2 », qui a été l’occasion de signer un amendement à notre Arrangement technique de 2009 ainsi qu’une Déclaration sur notre vision commune dans le domaine de la défense pour la période 2018-2028. Ces deux accords dans le domaine de la défense sont venus s’ajouter à l’accord sur la coopération en matière d’hydrographie, d’océanographie et de cartographie marine signé à l’occasion de la visite du secrétaire général du Parti et président du Vietnam mars 2018. 

Quels soutiens la France apporte-t-elle au Vietnam dans la participation aux opérations de maintien de la paix de l’ONU? Que diriez-vous sur l’engagement du Vietnam à contribuer à la paix et à la sécurité dans certains pays en Afrique ?

Ambassadeur Bertrand Lorthollary: La France, membre permanent du Conseil de Sécurité des Nations Unies, accueille très positivement la volonté du Vietnam d’apporter une contribution renforcée au profit de la stabilité et de la sécurité internationale, notamment dans le domaine des opérations de maintien de la paix. 

L’aide française au Vietnam dans la participation aux opérations de maintien de la paix s’inscrit dans le cadre global de notre relation de défense et a vocation à prendre une importance croissante en lien avec le développement des capacités vietnamiennes dans ce domaine. Je tiens en particulier à saluer le déploiement d’un hôpital de rôle 2 par le Vietnam au Sud-Soudan, qui illustre la place nouvelle qui est celle, aujourd’hui, du Vietnam en matière d’opérations de maintien de la paix.

La France est prête à apporter tout son soutien pour accompagner plus encore le Vietnam sur cette voix. L’échange de connaissances et la formation sont des secteurs importants de la coopération franco-vietnamienne depuis de nombreuses années, notamment pour la médecine militaire et l’enseignement du français. Plusieurs missions d’expertises dans ces domaines ainsi que dans celui du déminage ont déjà été mises en place en 2018 au centre vietnamien des opérations de maintien de la paix (VNPKC) afin de partager les connaissances françaises en matière d’opérations de maintien de la paix. Beaucoup d’enjeux internationaux de tout premier plan se jouent aujourd’hui, et pour l’avenir, sur ce continent. Les besoins y sont immenses et l’engagement du Vietnam est donc particulièrement bienvenu. La France continuera à appuyer autant que possible les efforts du Vietnam en matière de participation aux opérations de maintien de la paix sur le continent africain. 

Quels messages souhaitez – vous présenter à nos lecteurs à l’occasion de la nouvelle année du Cochon?

Ambassadeur Bertrand Lorthollary: Je vous remercie de cette opportunité que je saisis pour souhaiter à tous vos lecteurs  une très bonne année lunaire 2019,Année du Cochon. Que cette année soit témoin de la réalisation de vos vœux de santé, prospérité et réussite, pour vous et ceux qui vous sont chers.

Que vive l’amitié franco-vietnamienne!

LM