Des étrangers effectuent un examen médical à l'aéroport de Tan Son Nhat avant d'entrer dans le pays le 18 mars. Photo: Huu Khoa.


Le 2 juillet, Nguyen Van Lam, directeur adjoint du service du travail, des invalides et des affaires sociales de Ho Chi Minh-Ville, a déclaré que pour obtenir des permis d'entrée d'étrangers, les entreprises devaient envoyer des dossiers à ce service. 

Chaque semaine, le groupe de travail du Comité populaire de la ville, comprenant 9 départements, examine les cas et les envoie au Département de l'immigration (ministère de la Sécurité publique) pour effectuer les procédures de visa.

"En fonction de la demande des entreprises, nous envisageons d'autoriser l'entrée d'étrangers dans la ville. La liste des entrées est publiée sur le site du service du travail, des invalides et des affaires sociales", a indiqué M. Lam ajoutant que cela vise à faciliter les entreprises dans leurs efforts de relance de la production après l'épidémie.

Depuis le 8 juin, ledit service a accordé à 5 reprises des permissions d'entrée aux étrangers. La plupart d’entre eux sont des travailleurs venus de Chine, de Corée du Sud, du Japon, des États-Unis, du Royaume-Uni, de France, d'Allemagne ... Il y a aussi 82 personnes qui sont des femmes et des enfants d'étrangers autorisés à entrer au Vietnam.

Selon M. Nguyen Hong Tam, directeur du centre de quarantaine sanitaire internationale de Ho Chi Minh-Ville, les étrangers  doivent à l'aéroport déclarer leur état de santé, sa faire prendre leur température corporelle, des échantillons sanguins. Après une quarantaine de 14 jours, si le test au nCoV est négatif, ils peuvent venir travailler dans leur entreprise.

CPV