Le Vietnam, une destination attrayante pour les fonds d’IDE post-COVID-19

Photo: FSB


Grâce à sa réussite dans la lutte contre l’épidémie de COVID-19, le Vietnam est reconnu et apprécié par la communauté internationale comme un pays sûr et une destination d'investissement attrayante.

Le Vietnam est aussi l'un des rares pays au monde ayant connu une croissance positive, selon les estimations de la Banque mondiale et le Fonds monétaire international.

Le Vietnam est classé 8e parmi les 20 meilleures économies du monde où investir en 2019, en hausse de 15 places par rapport à 2018, selon un classement du magazine américain US News & World Report.

Ce premier semestre, près de 15,7 milliards de dollars de fonds d’IDE ont été injectés au Vietnam, a annoncé Vu Dai Thang, vice-ministre du Plan et de l’Investissement, lors d’un récent webinaire sur la promotion de l’investissement Vietnam - Japon.

Selon lui, le Vietnam dénombre actuellement plus de 32.000 projets d’IDE cumulant un investissement total de près de 380 milliards de dollars. Le Japon se classe au 2e rang des 136 pays et territoires investissant au Vietnam, avec plus de 60 milliards de dollars.  

Lors de ce webinaire, le représentant de l'ambassade du Japon au Vietnam, Okabe Daisuke, a déclaré que les investisseurs japonais sont maintenant très intéressés par le Vietnam. Selon une enquête menée auprès des entreprises japonaises en Asie et en Océanie, effectuée en février 2020 par l'Organisation japonaise de promotion du commerce (JETRO), 63,9% des entreprises japonaises en activité au Vietnam continueront à élargir leurs activités. C’est le taux le plus élevé au sein de l'ASEAN et le 3e en Asie et en Océanie, après le Bangladesh et l'Inde.

«Afin d'attirer les investissements, le Vietnam devrait accélérer le décaissement des investissements public», a suggéré Okabe Daisuke. Le Japon a toujours soutenu l'accélération des projets qui contribuent à la croissance économique vietnamienne, a-t-il souligné.
 
Vu Dai Thang, quant à lui, a déclaré que :«Parallèlement à la modernisation de ses infrastructures de base, le Vietnam continue d'améliorer son cadre juridique et ses politiques pour élever la qualité et l'efficacité de l'attraction des fonds d’IDE dans le but de se concentrer sur les projets utilisant et appliquant les hautes technologies et les biotechnologies, et les projets renforçant la connexion des chaînes d'approvisionnement entre le Vietnam et les autres pays du monde».

Le gouvernement met en œuvre fortement l'e-gouvernance et le développement économique numérique, avec notamment la construction et le développement du Centre national d'innovation. En 2019, l'indice mondial d'innovation du Vietnam a augmenté de 3 places pour atteindre le 42e rang sur 129 pays.

Le Premier ministre a récemment approuvé le programme national de transformation numérique à l’horizon 2025, et orientations d'ici 2030, avec comme but de faire en sorte que le Vietnam rejoigne le groupe des 50 premiers pays en termes d'e-gouvernance. 

«Sur ces bases, les investisseurs japonais, étrangers en général, auront plus de chances d'investir au Vietnam dans les mois et années à venir, avec plus de succès», a estimé Vu Dai Thang.

Le Vietnam a guéri 94% des cas de COVID-19


Selon le bilan actualité à 6h le 10 juillet du Comité national de direction de la prévention et de la lutte contre le COVID-19, à ce moment, le Vietnam a guéri 94% des patients de COVID-19. Près de 13.000 personnes sont en quarantaine.

Le matin du 10 juillet, le Vietnam n’a détecté aucun nouveau cas de contamination au coronavirus SARS-CoV-2, marquant ainsi le 85e jour consécutif sans aucune infection intracommunautaire. 

Le nombre de cas d’infection est toujours de 369, dont 347 guéris (94% des cas confirmés) et avec aucun décès.
 
Parmi 22 patients en cours de traitement, cinq ont été testés négatifs au moins deux fois.

Le patient pilote britannique soigné à l'hôpital Cho Ray, a annoncé guéri. Il se prépare à rentrer chez lui le 12 juillet. Jusqu'à présent, les 50 patients de nationalité étrangère ont été tous guéris au Vietnam.

Près de 13.000 personnes ayant été en contact étroit avec des patients ou en provenance de régions touchées par la pandémie sont mises en quarantaine, dont 7 dans les hôpitaux, plus de 12.000 dans les établissements de quarantaine concentrés et le reste à domicile.

Le monde a enregistré quelque 556.000 décès sur plus de 12,3 millions d'infections dans 215 pays. Les États-Unis et le Brésil sont les deux pays connaissant le plus grand nombre de cas et de décès. En Asie du Sud-Est, l'Indonésie est le plus touché. Le Vietnam n'a détecté aucun décès.

Hier, le 9 juillet, l'Organisation mondiale de la santé (OMS), vivement critiquée pour sa réponse à de pandémie de COVID-19, a annoncé la création d'un comité indépendant d'experts pour évaluer la gestion de la crise sanitaire.

Le Vietnam est devenu la 2e "usine" la plus attractive au monde

Photo: Zing


Selon Cushman & Wakefield, la Chine continue de conserver sa position de premier centre de fabrication au monde en termes de conditions d'exploitation et de compétitivité des coûts.

Dans le classement annuel des marchés de production mondiaux pertinents basé sur une comparaison de 48 pays en Europe, en Amérique et en Asie-Pacifique par Cushman & Wakefield, la Chine demeure toujours le centre de production mondial le plus attractif, juste devant le Vietnam.

L'indice annuel global de risque (IRM) évalue l'attractivité du marché sur la base de 20 variables, réparties en  3 critères comprenant les conditions, les coûts et les risques. Les données de référence pour réaliser l'IRM proviennent de sources fiables telles que la Banque mondiale, la CNUCED et Oxford Economics.

En termes de coûts, en 2020, le Vietnam a gagné 2 places par rapport à l’année précédente pour 2e.

M. Paul Tonkes, directeur de la logistique et des services industriels de Cushman & Wakefiel au Vietnam, a estimé qu’avec 97 millions de jeunes technophiles, par rapport aux autres marchés, le Vietnam est toujours l'un des premiers concurrents de la Chine, notamment en termes de coûts de main-d'œuvre, de prix de location des terrains et de coûts de construction, de situation géopolitique stable et de haut niveau d'intégration des marchés internationaux.

En particulier, l'accord de libre-échange Union européenne - Vietnam (EVFTA), récemment approuvé par l’Assemblée nationale, aidera les investisseurs à raccourcir les procédures d'investissement et à se lancer rapidement dans la production. Le Vietnam tente également d'améliorer sa position sur les chaînes de valeur, en déplaçant sa structure vers des industries  à technologie avancées.

En termes de conditions de production, la Chine et les États-Unis restent les deux premières régions avec une diversification combinée à un renforcement de la chaîne de valeur pour se concentrer sur les télécommunications, les hautes technologies, l'informatique .

L'aspect risque de l'IRM est calculé en fonction du faible niveau de risques économiques et politiques de chaque pays, tout en tenant compte des risques géopolitiques futurs.

Avec ce critère, le Canada et les États-Unis se sont classés respectivement premier et deuxième, grâce aux ressources naturelles disponibles, à la main-d'œuvre abondante, aux incitatifs, aux marchés de consommation, aux grandes infrastructures et à la haute transparence. Malgré un conflit commercial avec les États-Unis, la Chine se classe toujours 5e des pays à faible risque.

M. Tonkes a déclaré que même lorsque l'épidémie de COVID-19 n'était pas terminée à l'échelle mondiale, le Vietnam possède toujours des opportunités.

"La pandémie de COVID-19 a montré que le Vietnam doit renforcer le développement des usines et des entrepôts pour accueillir les fabricants quittant la Chine. De nombreux grands fabricants ont signé des contrats de location de terrain avant le début de la maladie et devraient commencer à construire leur usine dès que le Vietnam rouvrira ses frontières ", a ajouté M. Tonkes./.


CPV