Giang Thuy Minh (centre, droite), diplômée en France, s’entretient avec Vincent Floraeni lors de l’inauguration de l’exposition photos des anciens étudiants en France. Photo: VNA

Au total, 14 photos d’anciens étudiants ont été sélectionnées pour être affichées à la Résidence française.

Giang Thuy Minh, enseignante à l’université Hoa Sen et diplômée en nutrition de l’INRA (Institut National de la Recherche Agronomique) à Paris, a été sélectionnée comme représentante pour un entretien avec le consul général de France à Hô Chi Minh-Ville à propos de ses impressions concernant sa vie quotidienne en tant qu’étudiante.

“Je suis très intéressée par les recherches scientifiques françaises. Je suis également convaincue de la qualité du système éducatif de la France, l’un des meilleurs au monde. En plus, je suis passionnée par la culture, la littérature et la gastronomie française. C’est ce qui fut déterminant dans le choix du pays dans lequel je voulais étudier”, répond Giang Thuy Minh quand le consul général de France lui demande d’expliquer les motifs de sa venue en France. 

“Je suis tellement heureuse et fière d’avoir été sélectionnée comme représentante des anciens étudiants vietnamiens en France pour cette exposition”, s’enthousiasme Giang Thuy Minh face à sa photo affichée à la Résidence française. De retour au Vietnam, Giang Thuy Minh a commencé à travailler à l’université Hoa Sen où elle s’épanouit, retrouvant un environnement de travail semblable à celui qu’elle avait laissé en France.

Les étudiants vietnamiens appréciés en France

Lors de la séance d’inauguration, le diplomate français a informé que, l’année dernière, le nombre d’étudiants vietnamiens venus en France avait augmenté de 30% par rapport à 2017, tout en expliquant qu’il s’était fixé comme objectif de faire progresser ce chiffre pour 2019.

“Les universités françaises apprécient beaucoup les étudiants vietnamiens. Ils sont compétents dans beaucoup de domaines et ils sont tous travailleurs”, a fait savoir Vincent Floraeni. 

Outre le grand nombre d’apprenants vietnamiens dans les domaines des sciences exactes, des technologies et de l’informatique, le consul général de France à Hô Chi Minh-Ville s’est félicité du grand nombre de médecins vietnamiens diplômés au Vietnam et ayant fait un stage d’une durée d’un an au sein des hôpitaux français, et ce suite au programme stagiaire mis en place depuis 1993 entre le Vietnam et la France.

Plus précisément, quelque 3.000 médecins diplômés au Vietnam furent ou sont bénéficiaires de ce programme. Ils ont directement participé aux traitements aux côtés de leurs collègues français, montrant ainsi l’étendue de leur capacité tout en acquérant des connaissances utiles en fin de ce stage.

Toujours selon M. Floraeni, à l’heure actuelle, les étudiants qui ne parlent pas français ont la possibilité de suivre des études en France au sein des écoles qui dispensent des cursus en anglais, et de plus en plus d’étudiants vietnamiens y sont admis.

Évidemment, la maitrise de la langue française constitue un atout non négligeable pour la réussite des études et pour s’intégrer à la vie sociale par la culture. Cela permet également d’élargir son éventail d’opportunités lors de la recherche d’un emploi, et ceci aussi bien en France qu’au Vietnam.

CPV/CVN