Une initiative parmi les activités proposées afin de collecter des fonds pour l’association "Help for Vietnam".  TN/CVN

 

Fondée il y a quatre ans en Suisse, l’association Help for Vietnam soutient les personnes défavorisées au Vietnam. Outre le fait de leur apporter de l’aide, elle tient à promouvoir l’image du pays et de ses habitants.

Créée par Suong Pham Glauser, une Vietnamienne domiciliée en Suisse, et son mari, l’association Help for Vietnam (Aides pour le Vietnam) déploie beaucoup d’activités caritatives en faveur des pauvres, des handicapés et des enfants de régions reculées du pays.

Résidant en Suisse depuis une vingtaine d’années, Suong Pham consacre du temps à ceux dans le besoin. Par ailleurs, elle cherche toujours à promouvoir son pays natal de différentes façons.

Le cœur toujours tourné vers son pays natal

Chaque année, Help for Vietnam organise des soirées pour collecter des dons. À la fin de ces événements, on projette une vidéo sur le Vietnam. On y voit des enfants montagnards en train d’aller à l’école au début du printemps, des femmes âgées touchées de recevoir des cadeaux, le sourire des élèves qui participent à une activité extrascolaire...

Pour de telles soirées, Suong Pham et sa famille font la cuisine. Sur chaque "ticket d’entrée" de 30 CHF (environ 28 euros), la famille en verse la moitié à l’association. Il y a 15 ans, une fois sa vie en Suisse établie, Suong Pham s’est mise à déployer des activités caritatives en offrant du riz à des personnes victimes de catastrophes naturelles à Binh Dinh, sa province natale au Centre.

Orpheline de père alors qu’elle n’avait que trois mois, elle connaît bien la situation des personnes en situation de précarité. "Pour faire vivre toute la famille, ma mère devait travailler d’arrache-pied. Ces temps difficiles sont à la base de mon désir d’aider les autres, surtout les plus pauvres", a partagé la fondatrice de Help for Vietnam.

Stefan Landolt réside à Zell (canton de Lucerne) et est un participant régulier aux soirées caritatives. Il confie : "Je ne suis pas riche, mais je soutiens toujours des initiatives comme celles-ci".

Les plus vulnérables en ligne de mire

Les opérations mises en place par Help for Vietnam contribuent au fil du temps à changer le point de vue de beaucoup de personnes. "En Suisse, il y a des centaines d’associations caritatives de grande et petite tailles, aussi le fait de collecter des fonds pour une nouvelle association comme +Help for Vietnam+ n’est pas facile. Et pourtant, notre association est devenue crédible car nous reversons toujours les cadeaux directement aux bénéficiaires", a souligné Hans-Peter Glauser, le mari de Suong Pham. Il ajoute que les dépenses de l’association sont toujours transparentes.

Ayant organisé au Vietnam bon nombre de programmes philanthropiques, Suong Pham impressionne par son dévouement. Lors d’une visite à Sa Pa (province de Lào Cai, Nord) fin 2018, elle a parcouru à pied les chemins escarpés en portant un grand sac à dos rempli de cadeaux pour les habitants des hameaux reculés. Dans les maisons en bois, elle a aidé les membres de la famille à faire la cuisine, bavardé avec les enfants, etc.

À la question concernant le choix de Sa Pa, Suong Pham Glauser a indiqué que c’est en regardant des photos d’enfants et de paysages qu’elle a désiré découvrir la vie ici. "Dans beaucoup de lieux pauvres j’ai retrouvé ce que j’avais vécu il y a une quarantaine d’années". Offrir des bonbons, livres et vêtements aux enfants est une première étape pour Suong Pham Glauser. Avec son association, elle a financé une cour de récréation pour une école primaire, la réparation de toilettes, des cours de savoir-vivre réservés aux enfants.

Suong Pham transmet à sa fille la joie d’aider les autres. Lors d’une excursion dans la ville de Quy Nhon, province de Binh Dinh, Kajia, sa fille, a participé à la remise de cadeaux à la léproserie de Quy Hoà. Récemment, dans le contexte de pandémie de COVID-19, Help for Vietnam a offert deux tonnes de riz et des masques aux personnes en situation de précarité à Binh Dinh. 

CPV/VNA