Photo d'illustration: QDND

L’enseignement et l’apprentissage de la langue vietnamienne a longtemps été une priorité au sein de la communauté vietnamienne à l'étranger. Bien qu’enseigner et apprendre le vietnamien à l’étranger soient très difficiles en termes de budget, d’enseignants, de programmes d’enseignement, les "Viet kieu" sont déterminés à transmettre la langue vietnamienne parmi la jeunesse.

Mme Lê Thi Huong vit à Nakhon Phanom. Née en Thaïlande, elle aime le vietnamien. Elle a confié que lorsqu'elle était enfant, ses parents lui ont appris à écrire correctement cette langue. Puis, elle est devenue enseignante de vietnamien pour les jeunes de la diaspora.

En plus de maintenir la langue maternelle, les femmes souhaitent également bien s’intégrer à la culture du pays d'accueil sans pour autant sacrifier leur propre identité culturelle, bien au contraire. Mme Pham Gia Thinh est attaché au mouvement des enfants de la communauté vietnamienne à Allemand depuis près de 15 ans. Consciente que les jeunes d'origine vietnamienne doivent avoir une certaine connaissance des traditions culturelles vietnamiennes, Mme Gia Thinh leur enseigne à danser et à chanter des chansons vietnamiennes.

Mme Huong Ly, une femme d'affaires qui vit en Australie depuis 26 ans, retourne souvent au Vietnam pour visiter sa famille et voyager. De retour au pays des kangourous, Mme Huong Ly fait souvent la promotion touristique de son pays. Grâce à quoi beaucoup de ses amis sont venus au Vietnam pour le visiter.

Selon elle, le Vietnam a beaucoup de beaux paysages mais la qualité des services doit être améliorée pour un véritable envol de son industrie du tourisme.

Les femmes vietnamiennes vivant à l'étranger se heurtent à de nombreux obstacles, linguistiques notamment, pour l'intégration dans leur pays d’accueil, mais elles s'efforcent toujours de travailler dur et de maintenir l'esprit de solidarité, d'entraide pour surmonter les difficultés, améliorer la position de la communauté tout en préservant les traditions vietnamiennes.

CPV