Des fumées à Jakarta, capitale de l’Indonésie, le 24 juillet dernier. Photo: AFP/VNA

 

Selon la BMKG, la plupart des régions d'Indonésie et d'autres pays de l’ASEAN ont connu la mousson australienne, caractérisée par des vents secs du sud-est. Le climat est également affecté par une anomalie des températures de surface de la mer dans les eaux indonésiennes, en particulier du côté sud de l'équateur, et par l’apparition du phénomène El Nino dans la région depuis fin 2018.

Cela entraîne une saison sèche plus rude en 2019 que celle de 2018, a noté la BMKG.

D’après un officiel de la BMKG, les conditions sèches avaient été suivies de l'apparition de points chauds pouvant indiquer des incendies de forêt et de terres. Cela produira des brumes et nuira à la qualité de l'air.

Il a ajouté que ces phénomènes naturels devraient constituer un avertissement pour que tous les pays de l'ASEAN travaillent plus rapidement dans la mise en œuvre de l'accord de financement signé en 2016 et portant sur «L'utilisation durable des tourbières et la réduction des fumées» (SUPA) pour faire face au  changement climatique dans la région.

Ce projet est commandé par l'Union européenne et le ministère fédéral allemand de l'Environnement, de la Conservation de la Nature et de la Sécurité nucléaire, et sera mis en œuvre par l'Agence allemande de coopération internationale (GIZ).

Selon le système d'évaluation des risques d'incendie, la mousson australienne pourrait rendre certaines régions de l'Asie du Sud-Est sujettes aux incendies cette semaine. Des risques d'incendie terrestre ont été détecté en Indonésie, au Brunei, au Cambodge, aux Philippines, en Thaïlande, en Malaisie et dans certaines parties du Myanmar, du Vietnam et du Laos. 

CPV/VNA