La ministre indonésienne des Affaires étrangères Retno Marsudi. Photo: VNA


La ministre indonésienne des Affaires étrangères, Retno Marsudi, en qualité de la présidente du Conseil de sécurité des Nations Unies en août, a appelé à maintenir la paix en réponse à la pandémie de COVID-19.

Lors de la séance de discussion en ligne organisé le 12 août, la ministre indonésienne a comptabilisé au moins 69 pays qui, entre février 2020 et aujourd’hui, ont décidé de reporter leurs élections en raison de la crise de COVID-19, alors que pour certains d’entre eux ce sont des éléments essentiels d’un processus de paix.

La consolidation de la paix et le maintien de paix sont ainsi devenus des tâches encore plus difficiles, a-t-elle estimé.

La ministre a alors présenté trois points pour lutter au mieux contre la pandémie. Premièrement, le maintien de la paix doit faire partie intégrante de notre riposte globale à cette pandémie, a-t-elle recommandé en demandant de continuer à soutenir ces pays en conflit pour qu’ils adoptent une approche holistique de la crise sanitaire et de ses implications socioéconomiques à la paix et à la sécurité. 

Deuxièmement, a poursuivi Mme Marsudi, le maintien de la paix exige une synergie entre les travaux de tous le système des Nations Unies. 

L’ONU devrait intégrer une approche sensible aux conflits dans sa réponse pandémique, a-t-elle suggéré ajoutant que la cessation globale des hostilités et la pause humanitaire permettraient d’apporter en temps opportun de l’aide et des traitements contre la COVID-19 aux civils dans les conflits.

Troisièmement, s’est inquiétée la ministre, le dernier rapport du Secrétaire général sur la consolidation de la paix et le maintien de la paix a montré une diminution de la part de l’aide publique au développement consacrée à la consolidation de la paix dans les pays touchés par les conflits. 

La majorité de ces pays sont maintenant confrontés à un choix difficile entre les dépenses consacrées aux infrastructures de santé ou à la consolidation de la paix, a fait remarquer Mme Marsudi.

La séance de discussion était une percé permettant à l’Indonésie d’aborder la question de maintenir de la paix pendant la pandémie de COVID-19, laquelle attire l'attention de membres du Conseil de sécurité./.

CPV/VNA