Photo: AFP


Le temple Wat Chak Daeng reçoit 15 tonnes de bouteilles de plastique chaque mois. L'abbé Pranom Dhammalangkaro, qui dirige le temple, a commencé le mois dernier à consacrer une partie de la production pour fabriquer des masques faciaux dans le but de protéger les gens.

Les moines, aidés par des bénévoles, extraient les fibres synthétiques des bouteilles et les tissent avec du coton pour confectionner des masques en tissu couleur safran. Une couche filtrante supplémentaire est cousue sur la doublure intérieure.

Une couche filtrante supplémentaire est cousue sur la doublure intérieure qui, selon lui, protégera les utilisateurs contre les gouttelettes de pulvérisation potentielles.

Puis, une prière bouddhiste est inscrite sur le masque suggérant que «connaître le problème, c'est trouver un moyen de mettre fin à la souffrance».

De nombreux bouddhistes croient que trouver la source de leurs problèmes nous met sur la voie de l'illumination, mais l'abbé Pranom admet que la prière ne fonctionnera pas pour tout le monde. Il a donc décidé de créer des produits plus pratiques.

La Thaïlande est actuellement l'un des pays où le nombre de cas d'infection par le virus SARS-CoV-2 est le plus élevé en Asie du Sud-Est. Au cours du week-end, le nombre d'infections a doublé pour atteindre 721.

Le 23 mars, le ministère de l'Intérieur a annoncé fermer du 23 mars au 12 avril toutes les entrées de cinq provinces proches de Bangkok pour freiner la propagation du virus. Ces cinq provinces sont Nonthaburi, Nakhon Pathom, Pathum Thani, Samut Prakan et Samut Sakhon. 

CPV/VNA