Photo: AP

Après des négociations particulièrement dures, qui ont fait craindre un recul sur la question climatique, les pays membres du G20 ont conclu un accord sur le climat, samedi 29 juin, à Osaka, au Japon. Comme lors des deux précédents sommets, les Etats-Unis n’ont pas signé cet accord, ont annoncé les Français et les Allemands.

Dix-neuf des vingt membres du G20 ont donc réaffirmé leur engagement pour «la mise en oeuvre complète» de l’accord signé en 2015 à Paris sur la lutte contre le réchauffement climatique. Les signataires, dont la Chine, la France et l’Allemagne, s’accordent sur «l’irréversibilité» de cette entente, dans une déclaration finale rédigée en des termes similaires à ceux publiés à l’issue du G20 de l’an dernier, mais obtenue avec difficulté face à l’opposition de Washington. Les Etats-Unis se sont en effet retirés de l’accord de Paris en 2017.

Le président français Emmanuel Macron a estimé que les membres du G20 devraient «aller beaucoup plus loin» que la déclaration finale de leur sommet dans la lutte contre le réchauffement climatique. «On a évité de reculer (...) mais nous devons aller beaucoup plus loin (...) et nous mettrons toute notre énergie pour aller plus loin», a déclaré M. Macron à l’issue du sommet du G20.

Cet accord a été conclu samedi matin après de longues négociations rendues difficiles par la tentative des Etats-Unis de bloquer une déclaration dans un format similaire à celui des G20 de Hambourg en 2017 et de Buenos Aires en 2018. Ces derniers jours, des diplomates avaient évoqué la possible défection de grands pays émergents notamment, qui envisageaient de s’aligner sur la position américaine.

CPV/LeMonde