Les gens  portent des masques pour contenir la propagation de l'épidémie de COVID-19 à Jakarta, en Indonésie. Photo: Xinhua


Le gouvernement indonésien augmentera le déficit budgétaire de l'État en 2021 à 5,2% du produit intérieur brut (PIB) pour faire face à l'incertitude de la pandémie de COVID-19 et relancer l'économie nationale.

S'exprimant après une réunion du cabinet tenue le 28 juillet, la ministre des Finances, Sri Mulyani Indrawati, a déclaré que le président Joko Widodo souhaitait une plus grande flexibilité budgétaire l'année prochaine pour faire face à l'incertitude de la pandémie et à la disponibilité d'un vaccin.

Sri Mulyani Indrawati s'attend à ce que l'économie nationale devrait revenir à la croissance de 0,4% au 3e trimestre et de 3% au 4e trimestre. Si cela se produit, l’économie indonésienne maintiendra une croissance positive cette année, a-t-elle déclaré

La ministre a prédit que la croissance économique de l’Indonésie pourrait baisser à -5,1% du PIB au deuxième trimestre de 2020 en raison de la pandémie. Au premier trimestre de cette année, la croissance de la plus grande économie de l’Asie du Sud-Est est tombée à 2,97% par rapport à la même période de l’an dernier.

Selon elle, la tendance à la baisse de l'économie mondiale a rapidement affecté l'économie indonésienne et perturbé la demande et l'offre du pays. Le gouvernement utilise le budget de l'État 2020 comme principal outil pour surmonter l'impact de l'épidémie et financer le progiciel de gestion integré (ERP).

Elle a estimé que l'impact le plus profond du coronavirus s'était produit en mai, au troisième et quatrième trimestres. À la fin de cette année, la croissance du PIB devrait s’osciller entre -0,4% et 2,7%, contre 5,03% l’année dernière.

Les organisations internationales ont donné des prévisions sur la croissance économique de l’Indonésie, ce qui montre une forte incertitude, en particulier en 2020. Le Fonds monétaire international (FMI) a prévu une baisse du PIB de l’Indonésie à 0,3% alors que la Banque mondiale a prévu une croissance nulle.

En même temps, les prévisions de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et de la Banque asiatique de développement (BAD) étaient respectivement de -2,8% à 3,9% et -1%./.

CPV/VNA