Le chef du Département de l’ASEAN du ministère des Affaires étrangères, Vu Hô, s’exprime lors du symposium, le 10 janvier à Hanoi. Photo : VNA


Les transformations sans précédent du contexte économique mondial, les progrès technologiques représentent de grandes potentialités pour la paix, le développement durable et l’intégration économique, a estimé le chef du Département de l’ASEAN du ministère des Affaires étrangères, Vu Hô.

Les pays sont également confrontés à d’énormes défis, notamment la concurrence exacerbée et l’anti-mondialisation, a-t-il ajouté.

Au cours de plus de cinq décennies de création et de développement, l’ASEAN a accompli de nombreuses réalisations économiques, mais il est clair que le potentiel de l’économie et des investissements intra-aséaniens reste énorme, a-t-il indiqué.

Lors des 34e et 35e Sommets de l’ASEAN, les dirigeants de l’ASEAN ont réaffirmé leur engagement en faveur des investissements au sein du bloc régional. En 2017, les pays de l’ASEAN se sont fixé pour objectif de doubler les investissements intra-aséaniens jusqu’en 2025, afin de mieux s’adapter à la quatrième révolution industrielle. 

Le vice-ministre de l’Industrie et du Commerce, Trân Quôc Khanh s’exprime lors du symposium, le 10 janvier à Hanoi. Photo : VNA


Le vice-ministre de l’Industrie et du Commerce, Trân Quôc Khanh, a noté que le commerce intra-aséanien a augmenté de 89 milliards de dollars à 200 milliards de dollars en 2019. Les échanges entre le Vietnam et l’ASEAN ont également progressé de 4 milliards de dollars à 18 milliards de dollars.

L’ASEAN est devenue aujourd’hui une communauté des pays indépendants, solidaires rassemblant 650 millions d’habitants et représentant un produit intérieur brut de 2,95 billions de dollars en 2018. Elle connaît une croissance supérieure à la croissance mondiale.

Dans un contexte de protectionnisme commercial croissant, l’ASEAN doit renforcer l’unité et maintenir la cohésion pour relever les défis, a recommandé le vice-ministre de Trân Quôc Khanh.

Les entreprises veulent toutes la transparence dans le processus d’investissement intra-aséanien, les pays doivent identifier et régler ensemble les problèmes et les obstacles à l’investissement intra-aséanien, a-t-il encore indiqué.

CPV/VNA