La capitale indonésienne Jakarta. Photo: VNA


Le ministre indonésien Enggartiasto Lukita a affirmé que ces accords commerciaux visaient à stimuler les exportations tout en aidant à renforcer la compétitivité des entreprises locales sur les marchés régionaux et mondiaux

Enggartiasto Lukita a souligné qu’on ne pourrait pas augmenter les exportations et les investissements si le pays ne concluait aucun accord commercial avec d’autres États. Il était donc crucial pour l’Indonésie de rechercher davantage de collaborations à l'avenir, a-t-il ajouté.

Proposé depuis 2012, le RCEP vise à réduire les droits de douane et à promouvoir les investissements, les droits de propriété intellectuelle et la coopération technique entre les 10 pays membres de l’Association des Nations de l’Asie du Sud-Est (ASEAN) et six partenaires commerciaux que sont Chine, République de Corée, Japon, Inde, Australie et Nouvelle-Zélande.

Le ministre indonésien a indiqué que ce pacte important n'avait pas encore été finalisé, étant donné que tous les pays membres étaient en train de revoir les règles et la feuille de route pour l’application de l'accord.

Concernant l’accord IK-CEPA, l'Indonésie et la République de Corée comptent le signer lors du Sommet commémoratif marquant le 30e anniversaire de l'établissement des relations entre l'ASEAN et la République de Corée prévu en novembre.

En outre, le gouvernement indonésien prévoit de conclure les négociations sur l’IT-ECA d'ici la fin de cette année.

CPV/VNA