La réunion des ministres des Affaires étrangères du G20 s'est tenue les 22 et 23 novembre à Nagoya, au Japon. Photo: VNA


Le ministre japonais des Affaires étrangères, Toshimitsu Motegi, qui présidait la réunion des ministres des Affaires étrangères du G20, a déclaré à la presse que les négociations en cours sur un accord de libre-échange Asie-Pacifique devraient être conclues par les 16 États membres initiaux, même après le retrait de l’Inde.

"Alors que la confiance dans le cadre multilatéral est en train d’être minée, le G20 a partagé le point de vue selon lequel l’OMC devrait être réformée afin de pouvoir traiter plusieurs problèmes actuels", a-t-il déclaré à l’issue de la réunion.

Lors de la réunion, les ministres des Affaires étrangères ont discuté des réformes de l’OMC, alors que le Japon, les États-Unis et d’autres pays insistent pour que l’organisation basée à Genève améliore son système de règlement des différends. Les ministres ont mis en relief le multilatéralisme, la réforme de la gouvernance mondiale et le renforcement du rôle du G20 dans la promotion de la coopération internationale pour relever les défis mondiaux.

Plusieurs pays ont appelé à lutter contre l’unilatéralisme et à soutenir le renforcement du système commercial multilatéral fondé sur des règles, dont l’OMC joue le rôle central, et à poursuivre la réforme des institutions multilatérales. Les ministres ont convenu de renforcer la mobilisation des ressources et la coopération internationale dans la mise en œuvre de l’Agenda 2030 de développement durable de l’ONU, y compris le soutien aux pays en développement.

Certains pays membres du G20 se sont engagés à maintenir l’aide publique au développement (APD) destinée aux pays en développement pour atteindre les Objectifs de développement durable (ODD) inclusifs, en mettant l’accent sur la promotion de l’égalité des sexes et des droits des femmes et des enfants.

Le Vietnam plaide pour le multilatéralisme
S’adressant à deux sessions sur la gouvernance mondiale, le libre-échange et le développement durable, le vice-ministre permanent vietnamien des Affaires étrangères, Bui Thanh Son, a souligné l’importance du respect du droit international et demandé de faire avancer la réforme de la gouvernance mondiale pour s’attaquer aux problèmes mondiaux.

Il a invité le G20 à oeuvrer avec les institutions multilatérales pour continuer de promouvoir le multilatéralisme, à réaliser pleinement ses engagements internationaux et à contribuer de manière responsable à la promotion d’un ordre mondial fondé sur des règles, l’égalité, l’équité et la durabilité. Bui Thanh Son a affirmé que le Vietnam, en tant que président de l’ASEAN en 2020 et membre non permanent du Conseil de sécurité de l’ONU en 2020-2021, travaillera avec la communauté internationale pour contribuer à la consolidation de la paix, de la stabilité et du développement durable.

S’exprimant lors de la séance sur le développement durable, il a affirmé que le Vietnam réalise pleinement l’Agenda 2030 et l’Accord de Paris sur le climat, plaidant pour une coopération accrue entre l’ASEAN, l’ONU et les organisations multilatérales pour réduire l’écart de développement et mettre en œuvre avec succès les ODD dans la région.

Il a également exhorté le G20 à jouent un rôle de premier plan dans la mise en oeuvre des engagements en aidant les pays en développement à réaliser l’Agenda 2030, avec la priorité accordée au développement des infrastructures et des ressources humaines de qualité, à la santé, au transfert de technologie et à l’adaptation au changement climatique.

Bui Thanh Son a également proposé au G20 de pousser la création d’un réseau mondial reliant les centres d’innovation permettant aux pays en développement d’en tirer parti des opportunités, d’un cadre mondial pour la prévention des déchets plastiques marins, et d’assister l’ASEAN et le Vietnam dans la mise en oeuvre des projets environnementaux.

Le rôle du Vietnam plébiscité

Le vice-ministre permanent vietnamien des Affaires étrangères Bui Thanh Son (à gauche) et le ministre japonais des Affaires étrangères Toshimitsu Motegi. Photo : VNA


Le G20 comprend l’Union européenne ainsi que les 19 pays suivants : l’Afrique du Sud, l’Allemagne, l’Arabie saoudite, l’Argentine, l’Australie, le Brésil, le Canada, la Chine, la République de Corée, les États-Unis, la France, l’Inde, l’Indonésie, l’Italie, le Japon, le Mexique, le Royaume-Uni, la Russie et la Turquie. La réunion des ministres des Affaires étrangères du G20 à Nagoya était la dernière d’une série de réunions ministérielles organisées par le Japon cette année, la présidence tournante du groupe passant ensuite à l’Arabie saoudite.

En marge de la réunion, le vice-ministre permanent Bui Thanh Son a rencontré les ministres des Affaires étrangères et les chefs de délégation de nombreux pays tels que le Japon, les États-Unis, la Chine, le Royaume-Uni, le Canada, la France, l’Australie, le Chili et l’Argentine.

Les pays ont hautement apprécié le rôle et le prestige du Vietnam et souhaité renforcer la coopération avec le Vietnam dans les forums bilatéraux et multilatéraux, en particulier lorsque le Vietnam assumera la présidence de l’ASEAN en 2020 et un siège non permanent du Conseil de l’ONU en 2020-2021.

Le vice-ministre permanent Bui Thanh Son qui a reçu vendredi 22 novembre le gouverneur de la préfecture d’Aichi, Hideaki Omura, a souligné les relations florissantes entre les deux pays et tenu en haute estime la présence accrue des entreprises d’Aichi au Vietnam.

Pour sa part, le gouverneur Omura a affirmé qu’à ce jour, environ 180 entreprises d’Aichi ont investi au Vietnam et qu’en 2020, sa préfecture coopérera avec Vietjet Air et Vietnam Airlines pour ouvrir des liaisons entre Aichi et les grandes villes vietnamiennes.

CPV/VNA