Photo: VNA

 

Selon le journal canadien «The Globe and Mail», le compromis de cette semaine évite aux 11 pays d'avoir à renégocier cet ambitieux accord commercial pour répondre aux demandes du gouvernement néo-zélandais dans un effort de contenir le prix du logement.

Il rapproche également les pays membres d'une importante victoire en faveur d’un accord de libre-échange qui serait finalisé lors du sommet du Forum de coopération économique Asie-Pacifique prévu la semaine prochaine dans la ville de Da Nang au Centre du Vietnam.

"L'élan vers un accord à la réunion de Da Nang a considérablement augmenté", a déclaré Kazuyoshi Umemoto, négociateur en chef japonais du TTP.

Les négociateurs se sont réunis pendant trois jours à Urayasu, à l'Est de la capitale japonaise, pour affiner les termes de l'accord original à suspendre, afin de sauver le pacte en marge du sommet de l’APEC au Vietnam.

Après le retrait des Etats-Unis au début de cette année, les 11 parties restantes visent à conclure un nouvel accord en marge du Sommet du Forum de Coopération économique Asie-Pacifique (APEC) 2017, prévu début novembre au Vietnam.

Le TPP a été signé en février 2016 par l'Australie, le Brunei, le Canada, le Chili, le Japon, la Malaisie, le Mexique, la Nouvelle-Zélande, le Pérou, Singapour, les États-Unis et le Vietnam. Ces pays représentent environ 40% de l'économie mondiale. Les États-Unis se sont retirés de cet accord après l'investiture en janvier du président Donald Trump.

CPV/VNA