Une zone de plantation de palmiers en Indonésie. Photo: asiatimes.com

 

Ojak Simon Manurung, directeur de la supervision de la circulation des marchandises et des services au ministère indonésien du Commerce, a déclaré que son ministère avait mené des contrôles dans plus de dix supermarchés à Jakarta ces derniers jours. Les marchandises avec la mention «sans huile de palme», dont la majorité étant des aliments fabriqués localement, ont été retirées du présentoir.

Le responsable indonésien a précisé que le ministère avait procédé à l'inspection après que l'Agence nationale du contrôle des médicaments et des aliments de l’Indonésie (BPOM) avait déclaré que l'étiquetage «sans huile de palme» ne répondait pas aux critères, sans toutefois les préciser.

Dans un communiqué publié le 21 août, BPOM a déclaré qu'elle n'approuverait pas la distribution de produits labellisés «sans huile de palme», affirmant que l'huile de palme était sans danger et que ces étiquettes réduisaient la compétitivité de l'huile de palme.

L'Union européenne (UE) et certains autres pays demandent instamment de réduire l'utilisation de l'huile de palme après avoir conclu qu'elle entraînait la déforestation.

La Commission européenne a déclaré plus tôt cette année qu’elle éliminerait l'utilisation du carburant à base d'huile de palme dans le bloc.

La semaine dernière, la Commission européenne a imposé des droits compensatoires de 8% à 18% sur les importations de biodiesel à base de palme en provenance d'Indonésie. 

CPV/VNA