Le ministre singapourien des Affaires étrangères Vivian Balakrishna. Photo: VNA

 

Le ministre singapourien a analysé les défis auxquels l’ASEAN devra faire face dans un avenir proche. Il s’agit des influences des évolutions complexes de la situation mondiale comme le déséquilibre géostratégique du pouvoir et le changement du point de vue des pays dans le monde sur le libre-échange, l’intégration économique, l’investissement…

Un autre défi pour l’ASEAN est le développement rapide des technologies qui créeront de nouveaux ​emplois auxquels les travailleurs régionaux ne sont pas préparés.

Le maintien du consensus au sein de l’ASEAN est aussi un défi dans l’avenir, a-t-il ajouté.

Vivian Balakrishna a exhorté les pays membres à restructurer leur économie, améliorer la qualité de leurs ressources humaines pour répondre aux demandes des nouveaux emplois.

Selon lui, le gouvernement singapourien se concentrera sur l’amélioration des capacités résilientes et innovantes de la  région. Les capacités de résilien​ce sont des mesures à court et long termes pour faire face aux menaces du terrorisme, des extrémistes, à la sécurité ainsi que les catastrophes naturelles.

Tandis que les capacités innovantes visent à s’intégrer à la révolution numérique mondiale qui demande aux pays de l’ASEAN de restructurer leur économie,d’améliorer la qualité de leurs ressources humaines et de chercher de nouvelles motivations pour leur développement.

Il a affirmé que son pays croyait aux mécanismes de libre-échange avant de souligner que les pays membres de l’ASEAN étaient les bénéficiaires d’un système multilatéral basé sur la libéralisation du commerce et le droit international. 

CPV/VNA