Photo: CPV

Organisé par l’Académie diplomatique du Vietnam en coordination avec la fondation Konrad-Adenauer-Stiftung (KAS en Allemagne) et l’ambassade d’Australie à Hanoï, ce dialogue s'est focalisé sur la situation en Mer Orientale sous un angle juridique et sur la recherche d'initiatives dans la coopération et la gestion des litiges. 

Cet évènement a vu la participation de trois orateurs vietnamiens et étrangers que sont le Docteur Nguyên Hông Thao,  vice-président de la Commission du droit international des Nations Unies ; le Docteur Herman J. Kraft, de l’Université des Philippines, et le Docteur Yan Yan, de l'Institut national pour les études de la mer de Chine ainsi que de 80 délégués venus de bureaux de représentation étrangère, d'organes et des chercheurs vietnamiens.

Ce dialogue s’est déroulé dans le contexte où de nouveaux déroulements posent de nombreuses questions sécuritaire et juridique pour les pays de la région. Pour l’heure, les pays de l’ASEAN et la Chine sont en train de négocier des contenus du Code de conduite en Mer Orientale (COC), ce qui attire l’intérêt des experts et juristes. Pourtant, deux ans après la sentence de la  Cour permanente d'arbitrage de La Haye (CPA) dans le cadre du procès introduit par les Philippines contre la  Chine sur les revendications chinoises  en Mer Orientale, la région n’a pas encore obtenu de résultats considérables pour atténuer la tension et les différends. 

S’exprimant à l’ouverture du dialogue, le docteur Lê Hai Binh, recteur adjoint de l’Académie diplomatique du Vietnam, a souligné le rôle du droit international dans le maintien de l’ordre et de la sécurité internationale. Il a déclaré que le droit international est une base pour assurer la sécurité et la stabilité internationales et régionales. En Mer Orientale, les parties déclarent se conformer au droit international, mais les différences dans l’interprétation de la loi posent des défis majeurs pour la coopération régionale. Donc, il a exprimé son espoir que ce dialogue permettrait de promouvoir la compréhension entre les experts, les décideurs politiques et l’opinion publique, de réduire les divergences de vues et de promouvoir la coopération en Mer Orientale. 

Peter Girke, représentant de la KAS, a insisté sur le fait que le droit et la paix constitue les valeurs fondamentales de sa fondation. Il a affirmé : "La Mer Orientale nécessite des solutions communes et pacifiques, respectant le droit international pour régler les différends territoriaux. Nous espérons que ce dialogue permettra aux experts juridiques et  décideurs politiques de réfléchir sur des principes juridiques internationaux pour régler les litiges." 

Les participants ont discuté d'un certain nombre de questions juridiques en Mer Orientale, y compris le principe de la supériorité juridique, le statut juridique des entités, la décision de la Cour d'arbitrage philippine en mer Orientale, l'aspect juridique de l'idée de coopération de développement régional, le Code de conduite et les mesures visant à promouvoir une vision générale du droit international en mer Orientale.

Avec la participation de 80 délégués de délégations étrangères, d'agences vietnamiennes et d'universitaires, ce dialogue s'est déroulé dans une atmosphère franche et concrète.

CPV