Douleur d'un proche d'une victime à l'extérieur de l'hôpital de Batticaloa, après les explosions qui ont endeuillé le Sri Lanka, le 21 avril 2019. Photo: AFP/VNA

Le Premier ministre Nguyên Xuân Phuc et la présidente de l’Assemblée nationale Nguyên Thi Kim Ngân ont également envoyé des condoléances à leur homologue sri-lankais.

Le vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères Pham Binh Minh a fait de même pour le chef de la diplomatie sri-lankaise, Tilak Janak Marapana.

Au moins 137 personnes, dont neuf de nationalité étrangère, ont été tuées ce dimanche dans une série d'explosions dans trois hôtels et trois églises du Sri Lanka où était célébrée la messe de Pâques, a annoncé la police.

Le bilan pourrait s'aggraver encore car on dénombre des dizaines de blessés dans cette vague d'attaques d'une violence rare, selon des sources hospitalières. La nature exacte de ces déflagrations demeurait inconnue dans l'immédiat et aucune revendication n'a été faite. Mais le chef de la police nationale, Pujuth Jayasundara, avait alerté ses services il y a dix jours en indiquant qu'un mouvement islamiste appelé NTJ (National Thowheeth Jama'ath) projetait "des attentats suicides contre des églises importantes et la Haute commission indienne".


CPV/VNA