Le vice-ministre des Affaires étrangères Nguyên Quôc Dung apprécie la valeur de la CNUDM dans le maintien de l'ordre en mer. Photo : VNA


La Convention des Nations Unies sur le droit de la mer a été adoptée en 1982. Elle définit un régime de droit global pour les océans et les mers de la planète et établit les règles détaillées touchant toutes les utilisations des océans et l'accès à leurs ressources. Elle rassemble en un seul instrument les règles traditionnelles relatives aux utilisations des océans et, dans le même temps, introduit de nouveaux concepts et régimes juridiques et tient compte des préoccupations nouvelles. La Convention fournit également un cadre permettant d'élaborer plus avant certains domaines spécifiques du droit de la mer.

Le Vietnam a été l’un des 107 premiers pays à signer puis à ratifier cette Convention.

Depuis 25 ans, le Vietnam s’est toujours conformé à la Convention, a affirmé le vice-ministre des Affaires étrangères Nguyên Quôc Dung. La loi maritime vietnamienne de 2012 a été élaborée conformément à la convention onusienne, a-t-il ajouté.

Dans l’esprit de la primauté du droit, le Vietnam préconise de résoudre de manière persistante les différends en mer en voie pacifique, conformément au droit international, notamment à la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer de 1982.

Toujours selon le vice-ministre Nguyên Quôc Dung, la mer Orientale est depuis quelques temps le théâtre de violations sérieuses des droits du Vietnam et d’autres pays riverains tels qu’ils ont été définis par la CNUDM. Le Vietnam, qui respecte strictement les dispositions de cette convention, exige que toutes les réclamations maritimes soient fondées sur la base et dans la limite autorisée par celle-ci, a-t-il affirmé.

Le Vietnam persévère dans la recherche de solutions pacifiques aux litiges en mer en veillant à ce que ces solutions soient conformes au droit international, a fortiori à la CNUDM, a conclu le vice-ministre. 

CPV