La présidente de l'AN, Nguyên Thi Kim Ngân prend la parole lors de la première séance plénière de la troisième réunion des présidents des parlements des pays eurasiens (MSEAP 3) à Antalya (Turquie) le 9 octobre. Photo: VNA

S'exprimant lors de la première séance plénière de la troisième réunion des présidents des parlements des pays d'Eurasie (MSEAP 3) à Antalya (Turquie), le 9 octobre, la présidente de l'AN Nguyen Thi Kim Ngan a souligné qu'au cours de l'année écoulée depuis la deuxième MSEAP, le monde avait été témoin de nombreux changements politiques et économiques. Malgré une certaine reprise, l'économie mondiale est confrontée à de nombreux défis, notamment la guerre commerciale, le protectionnisme et l'instabilité géopolitique dans certaines régions. Dans le même temps, la situation politique a été marquée par une évolution compliquée: conflits, terrorisme, extrémisme violent, criminalité transnationale, cyber-sécurité et changement climatique menaçant gravement la paix, la stabilité et le développement durable de nombreux pays.
 
Dans ce contexte, le monde a reconnu les efforts déployés pour maintenir la paix et la coopération en vue d'éliminer les points chauds en Asie, au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, ainsi que des initiatives visant à utiliser les acquis scientifiques et technologiques pour faire entrer l'humanité dans une nouvelle phase de développement, a-t-elle déclaré. Ce qui répond aux aspirations et aux intérêts de la population représentée par les parlementaires, selon elle.
 
Elle a souligné que la coopération économique sur la base du respect mutuel de l’indépendance, de la souveraineté, de l’intégrité territoriale, de l’égalité et des avantages mutuels est une condition importante pour le maintien d’un environnement pacifique et stable permettant de relever les défis et d’atteindre un développement durable. Parallèlement, le développement économique doit aller de pair avec la protection de l'environnement, l'adaptation au changement climatique et l'atténuation des catastrophes naturelles.
 
Le Vietnam participe toujours activement à la diplomatie parlementaire dans la région et dans le monde, a-t-elle déclaré.
 
"Nous sommes prêts à nous coordonner pour relier la coopération parlementaire eurasienne aux mécanismes de coopération interparlementaires tels que l'UIP, l'AIPA et le FPAP, élargissant ainsi notre programme de travail en vue de la mise en œuvre effective de l'Agenda 2030 sur le développement durable", a-t-elle déclaré.
 
Partageant le fait que le Vietnam poursuit son intégration internationale, la présidente de l'AN Nguyen Thi Kim Ngan a déclaré que son pays souhaitait coopérer plus étroitement avec les pays eurasiatiques, notamment dans les domaines de l'innovation, de la technologie numérique, de la connectivité intelligente et du développement durable et inclusif.
 
Elle a proposé de renforcer davantage la coopération eurasienne, d'intensifier la connectivité économique régionale et interrégionale et de promouvoir le commerce multilatéral au niveau mondial sur la base des avantages mutuels et du droit international. 
 
Elle a également recommandé de promouvoir la coopération eurasienne dans les domaines du transfert de technologie, de la protection de l'environnement et de la lutte contre le changement climatique. Les pays développés devraient conserver leur rôle de pionnier en aidant les pays en développement, y compris le Vietnam, à atteindre leurs objectifs durables.
 
Elle a exprimé son soutien aux efforts déployés par les pays de l’Eurasie pour transformer le mécanisme de coopération parlementaire eurasien en un forum fort et plus uni, et pour renforcer les liens avec d’autres forums et organisations interparlementaires dans le monde afin de renforcer la diplomatie parlementaire.
 
Elle a également évoqué la nécessité de renforcer la confiance, la compréhension et le respect mutuels, de régler les différends par des mesures pacifiques, de respecter le droit international et de coopérer pour atteindre les objectifs de développement durable, apportant ainsi la paix, la stabilité et la prospérité à chacun.
 
La présidente de l'AN a conclu son discours en soutenant la réforme du mécanisme de gouvernance mondiale visant à renforcer l'égalité, la démocratie et l'efficacité, conformément au changement de l'équilibre des pouvoirs et au rôle croissant des économies en développement.


CPV/VNA