Le parc national de Phuoc Binh (photo: VNA)

 

Le parc national de Phuoc Binh couvre près de 25.000 ha dans le district de Bac Ai,  province de Ninh Thuan. Il s'étage entre 300 et 2.000 m d'altitude.

Le parc abrite actuellement 1.321 espèces de plantes, dont 36 espèces en danger inscrites dans le Livre rouge du Vietnam, et 58 dans la liste de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN).

En outre, 327 espèces animales ont été trouvées dont 50 figurant dans le livre rouge du Vietnam et 29 dans la liste de l'UICN. Phuoc Binh compte quatre espèces de mammifères endémiques  de l’Indochine, à savoir gibbon à joues jaunes, douc à pattes noires, civette d’Owston et muntjac géant.

C'est également l'un des 63 sanctuaires ornithologiques du pays; et selon le   conseil de gestion du parc, sa population de gaurs et de cerfs est la plus importante parmi toutes les aires protégées du Vietnam.

Ce parc est maintenant une destination de prédilection pour les chercheurs, les étudiants et les touristes. Cependant, ses ressources naturelles ont été grandement affectées par le changement climatique et les activités humaines ces dernières années. La pénurie d'eau prolongée a rendu plus difficile la conservation et le développement des forêts.

Parallèlement, le terrain difficile et la proximité des provinces de Khanh Hoa et de Lam Dong ont également mis au défi les efforts de lutte contre les violations concernant les ressources forestières. En outre, un grand nombre d'habitants de la zone tampon dépendent toujours de la forêt pour gagner leur vie.

Face à ces faits, le directeur du parc, Nguyen Cong Van, a assuré que la conservation de la biodiversité était toujours la tâche centrale du conseil de gestion du parc.

Chaque année, ils collaborent avec des organisations vietnamiennes et étrangères pour étudier les espèces de flore et de faune. Ils ont également construit un jardin botanique pour collecter et présenter des plantes rares, tout en collaborant avec les organismes compétents des provinces de Ninh Thuan et Lam Dong pour croiser les gaurs afin de créer une espèce présentant certaines caractéristiques avec les gaurs sauvages, dont la tolérance aux intempéries.

Actuellement, le parc met en œuvre plusieurs projets visant à conserver le champignon lingzhi, la "banane solitaire de Phuoc Binh" (Ensete glaucum) et certaines espèces d'orchidées rares.

M. Van a ajouté que le conseil de gestion avait également collaboré avec les autorités locales pour aider les habitants à améliorer leurs moyens de subsistance et leur niveau de vie, de manière à réduire la pression exercée sur les ressources naturelles du parc.

Ils ont confié la protection de certaines zones forestières à des familles locales, développé des forêts commerciales et créé les conditions permettant aux locaux de prendre part à l'écotourisme. Les activités de communication ont également été renforcées pour les informer  des lois et politiques de l’État en matière de protection des forêts.


CPV