Photo d'illustration (VNA)


S'exprimant lors d'une réunion tenue récemment par le département pour examiner ses résultats de l'année dernière et dresser des plans pour cette année, le directeur Nguyen Toan Thang a déclaré qu'en termes de gestion des déchets solides urbains, la ville mise sur les technologies de recyclage et de combustion.

Ainsi, au lieu des trois catégories que sont déchets organiques, recyclables et autres, les déchets devaient simplement être classés en deux, recyclables et autres, a-t-il déclaré.

Le département a soumis la proposition au Comité populaire pour approbation et prévoit de présenter le changement au cours de ce premier trimestre.

La ville a fermé cinq décharges pour réduire l'enfouissement des déchets solides.

Elle a également élaboré des plans de développement urbain pour deux d'entre eux, Go Cat dans le district de Binh Tan et Dong Thanh dans celui de Hoc Mon.

Une quinzaine de développeurs ont exprimé leur intérêt pour la construction de parcs ou de logements dans ces deux sites, a déclaré M. Thang.

La ville prend également des mesures pour réduire le volume de déchets enfouis et adopter des technologies avancées de traitement.

L'an dernier, près de 2,88 millions de tonnes de déchets solides ont été traitées. La ville génère 9.500 tonnes de déchets par jour, dont 23 tonnes de déchets médicaux et 350 à 400 tonnes de déchets dangereux. Elle a perçu des droits de protection de l'environnement auprès de 3.505 établissements de production. Les frais dépassent 12,5 milliards de dongs par trimestre.

On dénombre plus de 1.860 ramasseurs d'ordures privés, soit membres de groupes coopératifs environnementaux soit ayant leur propre entreprise.

Le Département municipal des ressources naturelles et de l'environnement a organisé un certain nombre d'activités pour diffuser auprès du public le message selon lequel les déchets ne devraient pas être jetés sans discernement. Il a également installé plus de 33.600 poubelles dans des lieux publics.

CPV