Photo: baocantho.com.vn

 

Lors de la séance de travail à Can Tho, les autorités finlandaises ont cité une enquête réalisée par des ONG, révélant que le Vietnam se classait au quatrième rang pour le volume de déchets rejetés dans les rivières, après la Chine, l'Indonésie et les Philippines. Les rivières entraînent des déchets dans l'océan, causant une grave et persistante pollution, ont-ils déclaré, soulignant les dangers des déchets plastiques maritimes qui mettent des centaines d'années à se décomposer.

Ils ont également souligné que les méthodes traditionnelles de traitement telles que  brûlage ou enfouissement sont facteurs de pollution du sol et de l'air, ainsi que le gaspillage de matériaux, et ont proposé un traitement complet des déchets afin de les transformer en produits de valeur.

Les déchets flottants dans les rivières peuvent être ramassés par des filets installés dans les estuaires pour les empêcher d'entrer dans l'océan, puis collectés et triés pour des traitements ultérieurs, ont-ils déclaré.

Dao Anh Dung, vice-président du comité populaire municipal, a déclaré que la collecte, le tri et le traitement des déchets constituaient un problème urgent pour la ville, soulignant que le modèle proposé par la Finlande répondait aux souhaits de la localité.

Des représentants du département municipal des Ressources naturelles et de l'Environnement collaboreront avec des experts de l'Université de Can Tho pour travailler avec la partie finlandaise, a-t-il déclaré.

Can Tho souhaite aussi s'associer à la Finlande dans la transformation des produits de la ferme et produits halieutiques, l'agriculture de haute technologie, les technologies de l'information et le développement des infrastructures, a déclaré M. Dung.

Selon le Département des Affaires extérieures de la ville, Can Tho a exporté en Finlande pour 93.900 dollars de marchandises en 2018, principalement du textile-habillement.

CPV