Photo d'illustration (VNA)


Cela fait partie des activités pour marquer le 60e anniversaire de la catastrophe de l'agent orange au Vietnam, qui a commencé le 10 août 1961.

Le lieutenant-général en chef Nguyen Van Rinh, président de la VAVA, a déclaré que la guerre avait pris fin il y a 45 ans, mais plus de 3 millions de Vietnamiens en subissaient toujours les effets.

L'utilisation de toxiques a entraîné la déformation de millions d'enfants vietnamiens. De nombreuses personnes vivent sur des terres contaminées et des malformations congénitales se transmettent depuis quatre générations.

Ce prix est ouvert à tous les journalistes professionnels, aux collaborateurs des agences de presse nationales et aux Vietnamiens de l'étranger.

Les entrées doivent être des réflexions, des interviews, des commentaires, des traités, des reportages, des rapports ou des enquêtes dans des journaux imprimés ou électroniques rédigés en vietnamien et utilisés par la presse locale entre le 1er  janvier 2020 et le 30 mars 2021.

Le contenu devra se concentrer sur la réflexion autour des graves conséquences de la guerre chimique des États-Unis au Vietnam, mettre en avant des victimes qui ont su surmonter leurs difficultés pour s'intégrer dans la communauté, soutenir des activités et lutter pour la justice en faveur des victimes de l'AO/dioxine.

Un maximum de trois entrées par participant est autorisé et peut être envoyé au 35 rue Ho Me Tri, district de Thanh Xuan, Hanoi.

Les résultats seront annoncés le 10 août 2021.

CPV