Photo: VNA


L'accord, le premier du genre au Vietnam, a été signé entre le ministère des Ressources naturelles et de l'Environnement, l’entreprise chimique Dow Vietnam, le groupe Siam Cement (SCG) et la société internationale Unilever Vietnam.

Le vice-ministre des Ressources naturelles et de l'Environnement, Vo Tuan Nhan, a déclaré que l'utilisation moyenne de plastique par habitant au Vietnam n'est pas aussi élevée que celle des pays développés.

Cependant, avec une population de près de 100 millions d'habitants et une infrastructure de gestion des déchets solides incomplète, les déchets plastiques sont un grand défi pour les pays en développement comme le Vietnam, a-t-il déclaré.

Conscient de la crise mondiale des déchets plastiques, le Vietnam, en tant que membre responsable des Nations Unies, s'est engagé à prendre des mesures pour réduire ses déchets plastiques afin de protéger l'environnement marin, a déclaré Nhan.

En décembre 2017, le Vietnam a officiellement rejoint la liste des 127 pays adoptant une résolution de l'Assemblée des Nations Unies pour l'environnement sur la lutte contre les déchets plastiques océaniques.

Lors du sommet élargi du G7 au Canada en 2018, le Premier ministre Nguyen Xuan Phuc a appelé à une coopération mondiale pour résoudre ce problème.

Le ministère des Ressources naturelles et de l'Environnement a signé un protocole avec le Forum économique mondial sur la coopération pour lutter contre les déchets plastiques et a créé au Vietnam une coalition antiplastique et une organisation de recyclage des emballages (PRO Vietnam).

Après la cérémonie de signature, le ministère mettra en place un groupe de travail conjoint pour construire et exécuter des plans spécifiques de sensibilisation du public.


CPV