Photo d'illustration (VNA)

 

Cet événement de deux jours est organisé conjointement par le Conseil mondial de l'énergie éolienne (GWEC), l'Agence allemande de coopération pour le développement (GIZ) et l'ambassade du Danemark au Vietnam.

Il comprend un atelier sur "L'accélération du financement des projets éoliens au Vietnam", un autre (d'une demi-journée) sur l'éolien offshore et une conférence d'une journée sur l'énergie éolienne au Vietnam.

Les participants partageront points de vue et expériences pour aider le Vietnam à atteindre son objectif de "construction d’un avenir plus vert", a déclaré Liming Qiao, directrice de GWEC pour l’Asie, dans son allocution liminaire.

Naveen Ballachandran, conseiller spécial de GWEC, a déclaré que le gouvernement vietnamien s'était fixé pour objectif de développer l'éolien à 800 MW d'ici 2020. Le Vietnam vise également 10,7% de son électricité provenant des énergies renouvelables d'ici 2030.

Jootst Siteur, de l'USAID Clean Power Asia, a suggéré, dans le processus de  développement de l'énergie éolienne au Vietnam, de prendre en compte les risques potentiels, notamment ceux liés aux licences, aux prix, et au renforcement des capacités.

Alastair Dutton, responsable du groupe de travail sur l'énergie éolienne offshore de GWEC, a souligné des difficultés et risques auxquels sont confrontés les investisseurs dans l'éolien offshore, et plus globalement dans l'énergie éolienne.

Ta Dinh Thi, chef de l'administration vietnamienne des mers et des îles - relevant du ministère vietnamien des Ressources naturelles et de l'Environnement - a déclaré que les projets éoliens doivent être inclus dans le plan national relatif à l'énergie.

A noter aussi que les projets offshores doivent correspondre à la planification maritime, a-t-il déclaré, soulignant que son agence avait besoin d’un soutien à la fois technique et financier pour évaluer le potentiel éolien en mer du Vietnam.

CPV