Désinfection du Temple Ngoc Son à Hanoï pour prévenir la propagation du COVID-19. Photo: VNA


Les écoles ont rouvert et les bus circulent comme d'habitude dans le pays, qui a passé un mois sans signaler aucun nouveau cas de transmission intracommunautaire du coronavirus, a-t-il constaté, ajoutant que l'intérêt des investisseurs, qui s'est affaissé au début de cette année, reprend.

Parallèlement, l'exportation du Vietnam de masques faciaux et de kits de test pourrait aider à amortir l'impact économique de la pandémie, a-t-il écrit.

L'article cite Trent Davies, directeur des affaires internationales basé au Vietnam chez Dezan Shira & Associates, disant que tout a été suspendu pendant le premier ou les deux premiers mois de l'épidémie, mais maintenant sa société commence à recevoir davantage des courriels d’entreprises intéressés à faire des affaires au Vietnam.

Le Vietnam a signalé le 23 janvier deux premiers cas de coronavirus. Il a imposé une distanciation sociale au début du mois d'avril, avant de l'assouplir deux semaines plus tard.

"Étant en avance sur la courbe, le président de l'ASEAN (Vietnam) est en bonne position pour diriger et façonner les réponses régionales à la pandémie", a déclaré le docteur Huong Le Thu, analyste principale à l'Institut australien de stratégie politique.

"Aucun pays ne peut se rétablir seul, mais ceux qui sont en meilleure forme et qui sortent de cette crise relativement plus tôt seront en meilleure position et disposeront également d'une bande passante stratégique pour prendre une initiative de leadership", a-t-elle déclaré.

Le 19 mai, le site Business du quotidien économique japonais Nihon Keizai a publié une analyse de l'économiste en chef Ueno Yasunari de la société Mizuho Securities louant l'efficacité des mesures prises par le Vietnam pour freiner la propagation de la pandémie.

Le Vietnam a une population de 96 millions d'habitants, mais n'a signalé que plus de 300 cas d’infections et aucun décès, ce qui montre que la manière de lutte contre l’épidémie du pays était plus efficace que celle d’autres pays d’Asie du Sud-Est, a-t-il écrit.

Ce qui a fait le succès du Vietnam, c'est la mise en quarantaine des personnes infectées dès les premiers jours et le traçage agressif de ceux avec qui elles avaient été en contact, a-t-il expliqué.

CPV/VNA