La vice-présidente permanente de l’Assemblée nationale Tong Thi Phong s'exprime à la cérémonie. Photo: VNA

L’événement a été honoré par la présence notamment du membre du Bureau politique, membre permanent du secrétariat du Comité central du Parti communiste du Vietnam (PCV); la membre du Bureau politique et vice-présidente permanente de l’Assemblée nationale Tong Thi Phong ; et le membre du Comité central du PCV et chef de la Commission des affaires extérieures du Comité central du PCV Hoàng Binh Quân.

L’ambassadeur du Laos au Vietnam, Thongsavanh Phomvihane, a passé en revue les grandes réalisations du peuple laotien au cours de l’année écoulée. Il a souligné que ces réalisations ont été rendues possibles grâce à la coopération et au soutien précieux et sincère du Parti, de l’État et du peuple vietnamiens.

En réponse, la vice-présidente permanente de l’Assemblée nationale Tong Thi Phong a déclaré que le Parti, l’Etat et le peuple vietnamiens chérissaient toujours les liens privilégiés avec le Laos, qui ont été renforcés par des efforts et des sacrifices et par de nombreuses générations des dirigeants, des soldats et des peuples des deux pays.

Elle a affirmé que le Vietnam allait continuer à oeuvrer avec le Laos pour préserver et développer la solidarité traditionnelle et l’amitié spéciale entre les deux pays, tout en portant la coopération intégrale bilatérale à une nouvelle hauteur, répondant ainsi à l’aspiration et à la confiance de leur peuple et contribuant à la paix, à stabilité, à la coopération et à la prospérité dans la région et le monde.

Le Boun Pimay est l’une des plus grandes fêtes traditionnelles du Laos,  l’occasion de multiples réjouissances qui se déroulent chaque année au mois d’avril. Cette fête est également appelée Boun Trout Songkane : ‘‘Trout’’ signifiant fin et ‘‘Songkane’’ le changement de saison…

Il y a lieu, cependant, de remarquer l’heureuse coïncidence de la date ainsi obtenue avec le renouveau de la Nature ; les arbres et les fleurs renaissent et la terre, exsangue, assoupie par les mois de chaleur et de sécheresse, s’éveille et reverdit sous les premières ondées.

Lors de la célébration de la fête du Nouvel An traditionnel lao, Boun Pimay, à l’ambassade du Laos à Hanoi. Photo : VNA 

Ce jour-là, les bonzes placent provisoirement des statues du Bouddha dans différents endroits de la pagode pour que chacun puisse se livrer au rite ancestral… Alors le son du tambour de la pagode annonce le début de l’ondoiement. Des gens apportent divers récipients remplis d’eau parfumée mélangée avec des fleurs : Dôk champa, frangipanier, Dôk dao heuang, soucis, Dôk Khoune, puis arrosent les effigies de Bouddha.  Devant elles, hommes, femmes et enfants s’inclinent et prient pour que l’année nouvelle leur soit favorable en leur apportant santé, richesse, prospérité et bonheur.

L’eau qui a servi à l’ablution est considérée comme  investie de vertus bénéfiques, donc recueillie avec dévotions et rapportée à la maison pour ceux qui n’ont pas pu se rendre à la pagode. Au cours de fête, les gens se promènent librement pour arroser d’eau parfumée mélangée avec des fleurs les statues du Bouddha, les bonzes et les personnes âgées. C’est un des évènements marquant de cette fête, qui offre chance et prospérité.

Dans la rue un peu partout, les gens s’aspergent !  Selon la coutume, les petits vont vers les personnes âgées pour leur souhaiter leurs meilleurs voeux : santé, longévité, prospérité, réussite... Les enfants vont avec leur seau d’eau parfumée mélangée avec des fleurs  voir leurs grands-parents, en signe de respect, et sollicitent l’autorisation de les asperger en leur demandant de leur pardonner pour les manquements qu’ils ont commis au cours de l’année.

Les anciens donnent gentiment des conseils et leur recommandent d’être sages et bons enfants. Tandis que les “phoubao” et les “phousao”, garçons et filles, en vêtements aux couleurs chatoyantes s’amusent, rient et s’arrosent à qui mieux mieux dans la joie et la bonne humeur. Les Laotiens  bénissent leur famille, leurs amis et les visiteurs en les arrosant avec de l’eau claire parfumée ...

Cette période donne encore l’occasion aux familles d’honorer leurs ancêtres ; les descendants prient tout le long des festivités et réfrènent certains débordements comme l’abus d’alcool, l’arrosage intempestif, l’utilisation d’eau sale ou colorée, ou encore de farine, l’usage de suie ou de peinture, le volume excessif des hauts parleurs …

La fête donne aussi aux familles et aux amis l’opportunité de se réunir pour se souhaiter la bonne année, avec tous les voeux qui l’accompagnent : chance, bonheur, santé ,longévité  et prospérité... Les enfants rendent visitent à leurs parents, oncles et tantes, à leurs aînés ou leurs supérieurs pour demander leur bénédiction et se faire pardonner des mauvaises actions qu’ils ont pu perpétrer à leur encontre au cours de l’année.

Certains leur offrent des tissus en soie pour leur exprimer respect et reconnaissance. Puis des visites familiales et amicales se font dans la journée et donnent lieu, chez les hautes personnalités, à cette cérémonie que nous appelons ‘‘Baci’’ (cérémonie de la chance) qui est célébrée presque dans tous les foyers comme dans la plupart des ministères. 

CPV/VNA