Les enfants sont heureux d'aller à l'école après le pandémie. Photo d'illustration/TNO


Aujourd'hui (15 juin), cela fait deux mois que le Vietnam n'a plus de cas d'infection au COVID-19 dans la communauté. La vie normale des Vietnamiens d'aujourd'hui est le rêve de nombreux pays du monde   toujours confrontés à l'épidémie.

Selon  le  Comité national de direction de la prévention et de la lutte contre le COVID-19, toujours pendant cette période de près de 60 jours, le nombre d'infections au COVID-19 dans le monde a été en constante augmentation, passant de 2 millions à près de 8 millions, et le nombre de décès de 135.000 à plus de 433.000

Dans le monde, 16 pays ont enregistré plus de 100.000 cas d'infection; 59 pays ont plus de 10.000 cas; 122 plus de 1.000.

Le Vietnam classe actuellement 156 sur 215 pays et territoires en termes du nombre de cas de contamination et l'un des 30 pays et territoires sans aucun décès dû au COVID-19, et ce pour une population de près de 100 millions d'habitants, classé 15e au monde.

Devant l'Assemblée nationale, le vice-Premier ministre Vu Duc Dam a souligné: "La vie et les activités normales du peuple vietnamien sont aujourd'hui le rêve de nombreux pays du monde".

Selon le vice-Premier ministre: «Nous avons obtenu ce succès grâce à la direction du Parti, de l'État et à la participation de l'ensemble du système politique. Nous avons une équipe de médecins, l'armée et la police populaires et de nombreuses autres forces fonctionnelles, mais surtout le peuple vietnamien est merveilleux."

Dès les premières informations sur l'épidémie, le gouvernement et le Premier ministre ont ordonné au secteur de la santé, à partir de décembre 2019, de consulter les organisations internationales, de planifier la lutte contre la pandémie en s'appuyant sur les expériences acquises lors des épidémies précédentes.

"Le Vietnam a proposé des solutions plus tôt et plus fortes que ce qui était recommandé par les organisations internationales. Par exemple, lorsque l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a évalué une risque d’infection limitée liée au nouveau coronavirus, le Vietnam a porté au niveau d’infection.

Le Vietnam a également été le premier pays au monde à appliquer des déclarations médicales obligatoires pour toutes les personnes arrivant de zones épidémiques.

Partout dans le monde des voix ont exprimé  que les mesures prises au Vietnam avaient été  réalistes,  précoces,  résolues et efficaces, et ce avec un coût total   très faible par rapport à de nombreux pays.

CPV