Des enfants d'ethnies minoritaires dans une école de la province de Lang Son (Nord). Photo : VNA

 
Selon cette directive numérotée 23/CT-TTg, le Premier ministre demande aux ministères et organes compétents, aux Comités populaires de tous niveaux, d’appliquer rigoureusement les réglementations sur l’enfant, de présenter des idées pour améliorer le cadre juridique sur ce sujet, de renforcer la communication sur la protection de l’enfant… Les personnes occupant les postes à responsabilité devront  assumer la responsabilité s’il y a de graves violations des droits de l’enfant, des violences et  abus sexuels sur mineurs dans leurs localités ou secteurs. Toute violation des réglementations sur l’enfant doit être sévèrement sanctionnée.

Le Premier ministre a chargé le ministère du Travail, des Invalides et des Affaires sociales de réviser les réglementations sur l’assistance sociale des enfants en situation spéciale, d’élaborer un programme d’action national pour l’enfant et un programme pour limiter le travail des enfants…

Il demande au ministère de la Santé de prendre des mesures pour limiter la malnutrition chez les enfants de moins de 5 ans, notamment ceux de minorités ethniques, d’étudier des critères permettant de déterminer les impacts  sur la santé mentale des enfants victimes d'abus…

Le ministère de l’Education et de la Formation  doit rechercher des mesures pour diminuer l’abandon scolaire dans les zones montagneuses ou peuplées de minorités ethniques, renforcer la communication sur les effets nocifs de l’alcool, de la drogue et du tabac…

De son côté, le ministère de la Sécurité publique doit appliquer des mesures contre la violence, l’abus sexuel et le trafic des enfants…

CPV/VNA