Le Vietnam est l’un des pays les plus vulnérables au changement climatique. Source: VNA
 
Organisé conjointement par le ministère des Ressources naturelles et de l’Environnement, le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) et le comité intergouvernemental sur le changement climatique (IPCC), ce dialogue a vu la participation de gestionnaires, de décideurs politiques, de représentants de partenaires du Vietnam, d'entreprises, d'organisations socio-politiques, des scientifiques et des médias.

Étant un des pays les plus touchés par le changement climatique, le Vietnam participe activement aux engagements internationaux et met en œuvre des mesures pour bien s’adapter au changement climatique. Outre la ratification de l’Accord de Paris, il a promulgué un Plan de mise en œuvre de cet accord avec des objectifs clairs au niveau national (NDC), a déclaré Lê Công Thành, vice-ministre vietnamien des Ressources naturelles et de l’Environnement.

Ce responsable a aussi souligné que cette conférence avait abordé la résilience au changement climatique au Vietnam, le renforcement de la coopération avec les partenaires de développement, les scientifiques, les entrepreneurs, les organisations concernées...  

Lors de la COP 21, l'IPCC s'est vu confié la mission de faire un rapport spécial sur les impacts d’un réchauffement planétaire de 1,5°C et les trajectoires d’émissions mondiales de gaz à effet de serre associées, pour le présenter à la COP24 prévue en Pologne en décembre prochain.  

Selon le rapport spécial du GIEC, de graves impacts du changement climatique pourront peut-être être évités avec une limitation du réchauffement planétaire à 1,5°C. Mais, le temps presse, a prévenu Caitlin Wiesen, directrice nationale du PNUD au Vietnam. Une réforme de fond est nécessaire comme la réforme économique que le Vietnam poursuit depuis 40 ans pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et créer des emplois verts en s’orientant vers une société plus résiliente et durable, a-t-elle conclu. 

CPV/VNA