Photo d'illustration: baotainguyenmoitruong.vn

Lors d’une conférence dans la province de Cà Mau (Sud), le comité a déclaré que bien que les catastrophes naturelles de l’année dernière n’aient pas été aussi graves que celles de 2017, de nombreuses catastrophes graves et des conditions météorologiques extrêmes sont encore survenus dans tout le pays.

Dans la seule région méridionale, 441 érosions des rives et des côtes, sur une longueur totale de plus de 834 km, ont fait 10 morts et disparus, 13 blessés, détruit 320 maisons et endommagé plus de 17.500 autres. Les pertes totales causées par les catastrophes naturelles se sont élevées à environ 118 milliards de dôngs.

Le vice-président du Comité populaire de Ca Mau, Lê Van Su, a fait savoir que sa province avait été gravement touchée par les changements climatiques, notamment les tempêtes anormales, les dépressions tropicales, les tourbillons, l’élévation du niveau de la mer et la sécheresse.

Depuis le début 2018, des catastrophes naturelles, en particulier des tourbillons et des marées, ont provoqué des érosions des rives et des côtes, faisant sept morts, endommageant plus de 1.600 maisons et inondant plus de 2.400 ha de cultures. Les pertes totales en biens ont atteint 57 milliards de dôngs, a-t-il noté.

Lors de la conférence, la représentante résidente du PNUD au Vietnam, Caitlin Wiesen, a indiqué que les catastrophes naturelles et les changements climatiques sont les problèmes qui nécessitent une coordination étroite entre les ministères et les provinces, évoquant les impacts des catastrophes naturelles et des changements climatiques sur le delta du Mékong.

Elle a ajouté que le PNUD souhaite renforcer sa coopération avec le Comité national de pilotage de la prévention et de la lutte contre les catastrophes naturelles et l’Autorité de gestion des catastrophes du Vietnam pour mener à bien de nombreuses activités visant à aider à construire un Vietnam plus durable et plus prospère.

Le vice-ministre de l’Agriculture et du Développement rural, Nguyên Hoàng Hiêp, a souligné que les localités méridionales devaient accélérer la construction d’infrastructures destinées à lutter contre l’érosion des rives et des côtes, et moderniser les digues maritimes, les ponts, les barrages de prévention d’intrusion d’eau salée, les installations anti-inondations et les systèmes d’irrigation.

Il a également recommandé de renforcer la coopération avec les partenaires étrangers et les pays riverains du Mékong en matière de prévention et de contrôle des catastrophes naturelles, en particulier pour lutter contre les inondations transfrontalières et pour s’adapter aux changements climatiques. 

CPV/VNA