Lors de l’événement co-organisé par l’Université de Cân Tho du Vietnam et l’Institut royal du Cambodge, ils ont affirmé que le delta du Mékong jouait un rôle très important dans la garantie de la sécurité vivrière pour les pays de la sous-région du Mékong élargie (GMS) et du monde.

Les ressources en eau de cette région sont jugées, en réalité, comme un facteur décisif pour le développement de son secteur agricole. Au Vietnam, le delta du Mékong représente plus de 50% de la quantité totale du riz et des vivres, 65% de la quantité totale du poisson et plus de 70% des fruits au service de la consommation domestique et de l’exportation.

Pourtant, les pays en aval du Mékong ont subi, depuis plusieurs années, les conséquences désastreuses de l’utilisation irrationnelle des ressources en eau des pays en amont, que ce soit pour l’hydroélectricité, l’irrigation ou le drainage d'eau pour l'agriculture. Cela se traduit par des risques de pollution, de pénurie d’eau, de réduction de la quantité des produits aquatiques, menaçant la vie des dizaines de millions d’habitants riverains.

La rivière Hâu coulant dans les provinces d'An Giang et Dông Thap. Photo: VNA

Le delta du Mékong au Vietnam est l’un des trois deltas qui subissent les effets négatifs causés par les changements climatiques. En plus, à cause du manque d’eau douce, l’invasion de l’eau salée menace les régions littorales de la Thaïlande, du Vietnam et du Cambodge, et la quantité d’eau du Tonlé Sap au Cambodge s’est réduite, ce qui a porté préjudice à l’agriculture du Cambodge et du Vietnam.

Le Docteur Nouth Sambath de l’Institut royal du Cambodge a souligné qu’il était nécessaire de prendre des mesures adéquates pour économiser l’eau agricole et maintenir le développement durable dans la conjoncture où les ressources en eau douce sont devenues de plus en plus rares.

Plus de 60 millions de Laotiens, Thaïlandais, Cambodgiens et Vietnamiens dépendent du Mékong, le 12e fleuve du monde et le septième d’Asie, pour leur alimentation, leur transport et leurs activités économiques, selon la Commission régionale du Mékong (MRC).

Le doyen de l’Université de Cân Tho, Docteur Hà Thanh Toàn, a indiqué que la pression exercée par la pénurie d’eau douce, la croissance démographique et le développement économique nous oblige d’appeler la communauté à économiser l’eau agricole au service de la production agricole, de l’industrie et de l’urbanisation pour un environnement durable.

Face aux défis mentionnés, les scientifiques ont invité les gouvernements de la région à prendre des mesures efficaces pour protéger les ressources en eau dans le delta du Mékong. Il s’agit de l’élaboration des politiques relatives à la protection et à l’utilisation durable des ressources en eau, notamment au maintien du niveau et des courants d’eau du fleuve de Mékong; de la sensibilisation des décideurs, des gestionnaires, des scientifiques et des populations de la région aux économies d’eau.

À cette occasion, l’université de Cân Tho du Vietnam et l’Institut royal du Cambodge ont convenu de partager régulièrement leurs expériences, d’organiser des colloques, de s’entraider dans la formation du personnel en la matière, etc, afin de surmonter les difficultés causées par la pénurie d’eau.

CPV/VNA